Mali, Congo… Comment photographier un conflit ?

Dans cet audio-slideshow (4’40), présenté sur le site de The Guardian le 10 juin 2013 (et qui fait partie d’une série intitulée “Photographs from the front line“), le photographe Joe Penney (Reuters), basé à Dakar, raconte son expérience – c’est la première fois qu’il couvre un “véritable” conflit – au Mali :

http://www.guardian.co.uk/artanddesign/audioslideshow/2013/jun/10/photography-mali-conflict-joe-penney

Penney

Capture d’écran du guardian.co.uk. Copyright image : Joe Penney/Reuters.

Voir également la page “Imaging Mali” de Joe Penney sur le site de Reuters, ainsi que son site personnel.

La déontologie professionnelle de Penney, le temps qu’il a passé à couvrir ce sujet, semblent aller à contre-courant de ce qui se fait traditionnellement dans les médias en matière de photojournalisme de guerre. Pour preuve, un article de The Atlantic paru le 25 février 2013 qui recense les premières images du conflit malien : http://www.theatlantic.com/infocus/2013/02/mali-conflict-enters-new-phase/100463/ 

En visionnant ces images de guerre, on ne peut qu’être troublé par le parti pris esthétique de la plupart d’entre elles, où le regard “exotisant” des photographes s’arrête parfois sur des détails “divertissants” qui ne servent en aucun cas le propos, en attendant de débusquer l’image choc qui va faire les “unes”. (1)

Selon l’artiste irlandais Richard Mosse (2), d’autres démarches, notamment dans le champ de l’art contemporain, permettraient de dépasser les limites du photojournalisme et d’ouvrir le débat à son sujet en commençant par poser les bonnes questions… Dans un entretien qu’il accorde à Joerg Colberg pour GUP Magazine  (28, 2011), il dit ceci :

“The idea of a ‘story’ to be ‘covered’ reveals a photojournalist’s task. Journalism is extremely important when it comes to representing conflicts. But it is not the only strategy available. There’s a range of art forms beyond photojournalism. Since they’re not as concretely instrumental as journalism, they give us a whole lot more space to breathe. That’s very important because the world is a complex place.

I feel strongly that something that is ‘just made up’ can speak more powerfully and more clearly than a work of journalism.

At the end of the day, I feel that journalism’s premise is often not simply to inform, but also to affirm our world view. I take issue not with its informing role, but with this affirmation. I believe that it’s imperative to challenge our thinking, particularly in more volatile and loaded landscapes whose narratives are frequently calcified by mass media interests. My work is not intended as a criticism of journalism (which is tremendously important). Rather, it operates within the open field of contemporary art, where the emphasis is not on the answers, but on the questions – not on the facts, but on what they add up to.” (3)

Face à ces impasses récurrentes confirmées une fois de plus par la couverture médiatique du conflit au Mali, que faire ? Un regard ancré dans les réalités locales, celui des photographes africains (4), jusqu’à présent marginalisé, ou celui des populations aux prises avec le conflit (comme cela s’est vu avec la couverture des “printemps arabes”), ne permettrait-il pas de restituer une représentation du conflit plus nuancée et équitable ?

L’approche sans concession de l’artiste hollandais Renzo Martens dans son film “Enjoy Poverty III” (5) nous rappelle que pour la grande majorité des photographes africains, couvrir un conflit dans leur propre pays relève souvent de l’exploit : Enjoy Poverty III trailer.

Au-delà de l’iniquité des rapports Nord-Sud, les propos de Jean-François Leroy, directeur du festival “Visa pour l’image” (6), lorsqu’il relate la quasi non-participation des photographes africains à cette grand-messe annuelle du photojournalisme (7), semblent souligner, en creux, toute la distance, les difficultés d’ajustement, d’écoute réciproques entre milieux professionnels européen et africain (tant en termes de moyens, d’organisation que de formation et de choix éditoriaux).

A titre de complément, lire l’excellent article d’Héric Libong : “Le photo-journalisme existe-t-il vraiment en Afrique ?”, paru dans Africultures # 88 (L’Harmattan, juin 2012, pp. 100-105) ou écouter l’entretien diffusé le 10 septembre 2011 sur RFI (où il développe des propos semblables), ici.

É. N. et M. N. G.

(1) Lire à ce sujet l’intéressante réflexion d’Olivier Beuvelet sur l'”esthétique du World Press Photo : la preuve par le trauma…

(2) “The Enclave”, le travail que Richard Mosse consacre aux conflits qui secouent l’est de la République Démocratique du Congo (actuellement présenté dans le Pavillon irlandais à la Biennale de Venise), soulève, entre autres, la question du regard que l’on peut porter sur des espaces ravagés par la guerre, en filmant ce qu’il considère comme un conflit oublié, invisible, à travers une technologie, un film 16mm “infrared”, qui rend visible des rayons lumineux qui ne sont normalement pas accessibles à l’oeil humain (technologie qui a précédemment servi à l’armée américaine). Le résultat, des vues quasi surréalistes où domine le fuchsia, questionne entre autres la place du beau, dans un contexte censé en être dépourvu, et le rapport entre geste esthétique, politique, éthique. La proposition de Mosse, qui s’affiche d’emblée comme étant construite, se place aussi dans le prolongement de l’histoire du médium photographique et du régime de vérité qui lui a été traditionnellement attribué. Voir l’entretien filmé de Mosse, produit par Frieze ici.

(3) Extrait d’un entretien avec Joerg Colberg pour GUP Magazine, Numéro 28, consacré au conflit – entretien accessible sur le site de l’artiste.

(4) Devant ce manque d’intérêt récurrent de ce qui pourrait être la perception et la représentation de ceux qui sont proches des événements dont il est ici question, une initiative est à souligner (bien qu’elle ne porte pas précisément sur les espaces où le conflit se joue actuellement) : en janvier dernier, alors que les forces françaises débarquaient au Mali, l’association MC2A, basée à Bordeaux, demande à Amsatou Diallo, photographe bamakoise et présidente de l’association des femmes photographes maliennes, de témoigner du quotidien de la ville. C’est ainsi que naissent les “Chroniques de Bamako”, série de photographies “toutes prises entre 17h et 18h”, et publiée de façon régulière du 30/01/2013 au 28/02/2013 sur le site de l’association.

(5) “Enjoy Poverty III” est une réflexion, certes dérangeante, sur les limites d’un art s’attaquant au politique, et qui soulève nombre de questions quant à son autonomie, à ce qu’il met en jeu ou pas et, bien sûr, à notre rapport, en tant que “regardeurs”, à ce qui est montré, aux rapports Nord/Sud, à la photographie comme support de médiation de l’actualité… Lire cet extrait de l’une des interviews avec Renzo Martens (publiées sur son site) :

“Niels Van Tomme: In Regarding the Pain of Others, 2002, Susan Sontag claims that documentary’s tendency to create sympathy for victims produces an “imaginary proximity” to those who are suffering.1 This lets spectators disregard their own responsibility, the ways in which they actively take part in the circumstances that produce the very conditions of violence. Might the spectators’ unawareness of their own complicity be the reason why Episode III depicts such an unconventional approach to suffering, one in which the maker and its viewers are equally implicated?

Renzo Martens: Sure. What makes the piece difficult to accept for some people is that it is not only the viewer who is put under scrutiny, but also the artist and the constructs we maintain to see art. No matter how socially committed art is—or how much it shows the victims or the evil people responsible for wars—art itself is granted this neutral space, a space that doesn’t need to be investigated. So, art can scrutinize oil companies in Africa, while not taking into account that we all collectively fly to shows and biennials to see these pieces on jets fuelled by the exact same oil companies. I’m not saying we should all walk there from now on, or shouldn’t make this kind of politically engaged art, but I think I like the artwork somehow to present an understanding of its own role in the world. If the work needs the exhibition space to be radical, or if its political claims evaporate when you discuss it at a bar, I guess the work is just… I somehow tried to create a piece that embraces its own terms and conditions—the fact that its claims will evaporate at the bar. Even if it means that it ultimately embraces its own inconsequentiality.”

(in “Enjoy Poverty: Disclosing the Political Impasse of Contemporary Art”, Niels Van Tomme, Artpapers, September 2010)

A noter que Joe Penney a lui-même réalisé un entretien remarquable avec Renzo Martens en 2010: “The Politics of Helping Others: Interview with Renzo Martens“, et que par ailleurs, malgré les problématiques de taille abordées par Richard Mosse dans son travail, ce dernier ne semble pas échapper au cercle vicieux interrogé par Renzo Martens : la page “News” du site de Mosse l’atteste dans toute sa “splendeur” (ainsi, par exemple, cette “residence at Berlin’s prestigious Künstlerhaus Bethanien).

(6) Cet intitulé, “Visa pour l’image”, si l’on se réfère aux professionnels africains, annonce bien la couleur de l’unilatéralité des échanges…

(7) “Est-ce que vous avez des regrets ?
J-F. L : Je disais ça déjà pour les 10 ans : à part deux exceptions, je n’ai jamais réussi à amener vraiment des photographes africains. J’ai essayé pourtant. Quand on avait fait l’affiche avec Akintunde Akinleye, il m’avait dit : « Maintenant que je connais Visa pour l’Image, je vais faire des propositions tous les ans.  » Je n’ai plus jamais entendu parler de lui. Alexander Joe pareil. Alors il y a Issouf Sanogo qui travaille pour l’AFP, et qui a fait le buzz avec la photo de ce soldat avec son masque tête de mort. Mais voilà, j’ai beaucoup de regrets sur le côté Afrique.”

(Extrait d’un entretien fleuve, publié dans Le Journal de la photographie, printemps 2013)

 


3 réponses

  1. fotota dit :

    Cher Joe Penney,

    mille mercis pour avoir partagé quelques-unes de vos réflexions à propos d’un sujet qui est très complexe.

    Cet article ne se voulait absolument pas un plaidoyer pour que cessent le travail, les regards des photojournalistes étrangers sur les dynamiques conflictuelles en cours dans certains pays d’Afrique : cela reste, bien entendu, nécessaire pour les raisons que vous indiquez (merci donc aussi de nous permettre de le souligner, si cela n’était pas clair à la lecture du billet).

    Au sujet de la proposition de R. Martens : il ne s’agissait pas pour nous de la prendre pour “argent comptant”, nous la voyons plutôt comme un raisonnement “par l’absurde”, poussé à ses extrêmes, qui permet de soulever les ambiguïtés en jeu dans les rapports Nord-Sud, et notamment dans le champ de l’art, un champ qui est bien souvent perçu comme étant “pur” de toutes transactions économiques.
    D’ailleurs, son postulat de départ – le fait que la pauvreté soit la principale ressource du continent – est également très discutable…

    Quant aux photographes maliens, à leur présence sur le terrain et à la perception de leur travail de la part du public, votre témoignage est, encore une fois, précieux mais nous nous interrogions aussi sur leurs conditions de travail (d’où la référence aux interrogations posées par H. Libong).

    Enfin, loin de nous l’idée de vouloir figer les positions entre Occidentaux et Africains ! Si nous avons signalé l’article paru dans “Lens”, c’est pour l’analyse qu’il propose en termes de nouvelles possibilités pour les photographes travaillant sur place (à partir de la crise qui secoue la presse dans les société du Nord, donc).
    Quant aux échanges entre les uns et les autres, les objets qui en résultent, leur mobilité et lectures dans les espaces divers dans lesquels ils circulent, cela nous intéresse au plus haut point et nous essayerons de les mettre à jour autant que possible : un grand merci donc pour nous avoir signalé votre travail sur les barbiers de Gao !

    Bien à vous,
    É.N. et M.N.G.

  2. Joe Penney dit :

    Hi,

    Thank you for the edifying words on the topic of war photography in Africa. In the space below I’ll also contribute my own thoughts on the matter, since I think there is sometimes a gap between the way media in Africa is studied in the West and the way it is practiced on the ground.

    First let me say that I agree 100% with the main thrust of the article (if I understand it correctly) that African visual voices are marginalized in global media, especially during conflicts. There is a glaring lack of African photojournalists, and this is a fundamental problem since there is no way foreigners can visually understand what is happening in conflict situations as well as the people who are actually from the place where the conflict is happening. What we learn about African conflicts in the West is naturally distorted because it is told by Westerners (for the most part). Western media, the dominant media in the world, is run by Westerners (just like Western academia).

    Photography is even more heavily dominated by Westerners than text or video, for example, in my opinion mostly because of the high cost of equipment and the low payoff.

    But in my opinion, this fact should not preclude Western or other foreigners from covering conflicts in Africa. The conflicts in Mali and Congo are important for people in the West to understand, not only because Westerners have had an important role in creating these conflicts, but also because these conflicts matter to the future of the West.

    I would also be careful in using theory put forth by Renzo Martens as some sort of inexorable truth. There are plenty of Malian journalists covering the conflict in Mali and they are not seen by the Malian public as taking advantage of other Malians but as courageously providing a necessary public service of informing their fellow citizens. We in the West do not often look at work done by Malian journalists because the audience for that work is mainly a Malian one. It can be difficult to see that from Montreal.

    Photojournalism in times of war will always grapple with the idea that it is exploitative, no matter where it is done. But for many people (myself included), the public benefits of photojournalism outweigh its negative aspects. There seems to be a double standard regarding Renzo Martens’ film in academia. If a European goes to Congo and insults Congolese people to their faces, that’s wrong, but if he does it in the name of an “art project,” then it’s OK?

    Finally, even though often there are no alternatives and I quite often employ these terms, I would implore readers of this blog to expand our thinking beyond the stark labels of “Westerners” and “Africans.” Andrew Esiebo, for example, has produced work in Africa and Europe, relevant to both worlds. Regarding Esiebo’s fantastic barbershop project, I don’t understand why it needs to be viewed as zero sum. I myself, inspired by his project, photographed barbers in Mali (http://www.washingtonpost.com/world/day-in-photos/2013/03/12/deed2286-8b16-11e2-9f54-f3fdd70acad2_gallery.html#photo=10 photos 10 and 11). Why can’t there be violent images of the war in Mali and images of barbershops, since those are both lived realities? While important to consider the contrasts between “Western photography” and “African photography,” can’t we also look at the visual conversations across seas, oceans and cultures?

  3. fotota dit :

    Un développement intéressant aux questions soulevées par cet article est à lire dans l’article paru le 19/06/13 dans “Lens” (par JAMES ESTRIN) et consacré au travail que le photographe Andrew Esiebo a effectué dans de nombreuses boutiques de barbiers d’Afrique de l’Ouest (comme espaces de sociabilité où se croisent de nombreux signes relevant de différents univers) :
    http://lens.blogs.nytimes.com/2013/06/19/documenting-west-africa-one-barbershop-at-a-time/
    Voir notamment le passage suivant : “When Mr. Esiebo was growing up, photography was mainly a trade in Nigeria. Now, that seems to be changing. The Internet and the availability of international workshops have made a significant difference for West African photographers. Oddly, it may be the very difficulties that confront photojournalists in the United States and Europe that contribute most to the creation of a photography market in Nigeria. Mr. Esiebo says there may soon be fewer Westerners parachuting into Africa, and so more opportunities for people like him.
    “Now we all have access to the same gadgets, and economic problems elsewhere in the world make it easier for someone to hire me in Lagos instead of flying in someone from the U.S.,” he said. “This has created a market for me and some African colleagues to make a living.”
    Et plus loin :
    “It’s a different way to look at the continent,” he said. “Often the news that we get is only showing poverty, war, crime and starvation. You can find the barber story everywhere in Africa.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.