Africa’s photojournalists: The wars are not over, The Daily Maverick, par Greg Marinovich

Afin de prolonger les réflexions amorcées dans notre billet “Mali, Congo… Comment photographier un conflit ?“, nous vous proposons la lecture passionnante de l’article “Africa’s photojournalists: The wars are not over” de Greg Marinovich, ex-photographe de guerre, membre, avec Kevin Carter, Ken Oosterbroek et Joao Silva du collectif sud-africain Bang-Bang Club, paru le 27 juin 2013 dans le site de The Daily Maverick (Afrique du Sud).

En partant de l’analyse du journaliste rwandais Shyaka Kanuma, selon lequel le journalisme en Afrique serait la plupart du temps muselé par les pouvoirs en place, Marinovich passe en revue quelques cas emblématiques dans lesquels la photographie a joué un rôle majeur dans la perception de certains conflits à l’échelle d’une société et dans l’écriture de leur histoire. Ainsi, il s’intéresse à la guerre de trente ans entre l’Érythrée et l’Éthiopie et à l’utilisation de la photographie par l’Eritrean People’s Liberation Force (EPLF, et en français FPLE) à des fins de propagande – cependant en la qualifiant de manière erronée comme unique en Afrique (1), si l’on considère le cas algérien (2). Il relate ensuite ce qui s’est passé au Kenya lors des violences de 2007 à travers le travail du photojournaliste Boniface Mwangi. Puis il enchaîne sur les “nouveaux fronts” des photographes sur le continent, occupés dans ce qu’il appelle une “war of ideas” : faire bouger les lignes quant aux mentalités et à la persistance de certains préjugés (à l’instar d’Andrew Esiebo qui a documenté la communauté gay au Nigeria et surtout de l’activiste Zanele Muholi qui a payé le prix fort, lorsqu’une vingtaine de ses disques durs, contenant plusieurs années de travail documentant la communauté LGBT d’Afrique du sud, lui ont été volés à dessein en 2012).

Dommage toutefois que Marinovich ne détaille pas ses sources concernant le cas érythréen, si bien qu’une foule de questions restent en suspens à propos de cette immense archive à l’heure où ce pays est verrouillé par le régime autoritaire d’Issayas Afeworki.

Image 2

“War photographers are either sleazy and glamorous, or noble and glamorous. At least this is what you will think if you believe the various literary or big screen adaptions of photojournalists over the years.

The first famous camp-follower’s tale was Evelyn Waugh’s Scoop, set in the fictitious Ishmaelia (read Ethiopia/Abyssinia) in the 1930’s. The latest film adaption of a book on photojournalists is The Bang Bang Club, very loosely based on Joao Silva and Greg Marinovich’s book of the same name about South Africa’s bloody transition to democracy.”

Lire la suite de l’article ici.

Notes :

(1) Lorsqu’il écrit : “Uniquely, the Eritreans decided to document their liberation – they wanted to be in a position to write their own history, and not have their epic struggle distorted by the outside world’s capricious attention span.”

(2) Voir les travaux de Marie Chominot : http://culturevisuelle.org/histoiredimages/archives/11

ANNEXES (à propos de l’Érythrée)

Afin d’éclairer la question du conflit qui a opposé l’Érythrée à l’Éthiopie à la fin des années 1990 (soit quelques années à peine après l’indépendance de l’Érythrée, officiellement en 1993), maladroitement évoqué dans cet article, lire la contribution de Roland Marchal : “Une « drôle de guerre » : des frontières entre l’Érythrée et l’Éthiopie” http://ceriscope.sciences-po.fr/node/24

Une émission diffusée le 1er mai 2013 sur France Culture avec Alain Gascon (géographe et professeur à l’Institut français de géopolitique de l’Université Paris 8) retrace l’histoire de ce pays, ainsi que sa difficile situation actuelle : Érythrée. 20 ans d’une indépendance tourmentée. A noter d’ailleurs qu’à la fin de ce dense survol, Gascon fait référence à la guerre d’indépendance érythréenne comme à l’une des “grandes causes de la lutte tiers-mondiste des années 1960, c’était une espèce d’eldorado où on avait aboli toutes les limites de classe, de genre, c’est une peu une mythologie en quelque sorte (…) et c’est vrai que le régime a su utiliser cette image, cette représentation”. Cela fait écho à ce que décrit Marinovich dans son article du Daily Maverick. Voilà ce qui pourrait donner lieu à une recherche passionnante si la terrible situation politique en Érythrée venait à s’améliorer (Alain Gascon rappelle dans son intervention que l’université du pays a été démantelée)…

Le site de la revue Pount, citée par Alain Gascon, est ici.

Pour suivre l’actualité de l’Érythrée, nous vous suggérons de visiter le blog du journaliste Léonard Vincent, auteur d’un récit intitulé “Les Erythréens” (éditions Rivages, 2012).

Signalons enfin le magnifique travail d’Admas Habteslasie, Limbo, dont le projet de départ (élargi depuis) naissait précisément de la  volonté de documenter l’impact du conflit “frontalier” entre les deux pays voisins. Un entretien avec le photographe est à lire ici, en anglais, et , en français.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.