“Restituer le patrimoine africain” – Rapport Sarr-Savoy

Le 23 novembre 2018 était remis à Emmanuel Macron le “Rapport sur la restitution du patrimoine culturel africain. Vers une nouvelle éthique relationnelle”, commandé en mars 2018 aux universitaires Felwine Sarr et Bénédicte Savoy, suite au discours de Ouagadougou (28/11/2017), dans lequel il avait souhaité que “d’ici cinq ans les conditions soient réunies pour des restitutions temporaires ou définitives du patrimoine africain en Afrique”, rompant ainsi radicalement avec les gestes de ses prédécesseurs.

Accessible en ligne en français et en anglais (avec une revue de presse), ce rapport a depuis fait couler beaucoup d’encre, suscitant à la fois beaucoup d’espoir (dans nombre de pays africains) et de craintes (“Cette perspective inquiète notamment tous ceux qui craignent que les plus grands musées européens se vident de leurs chefs-d’œuvre”, écrit-on dans un article du Monde), notamment suite à la décision de Macron de restituer ‘sans tarder’ vingt-six objets royaux au Bénin qui les réclame de longue date.

Outre le fait de préconiser le retour pérenne en Afrique du patrimoine africain spolié durant la période coloniale, le Rapport aborde également les archives photographiques et cinématographiques, préconisant leur partage, ainsi qu’un plan d’action pour y parvenir dans la seconde étape du processus de restitution (s’étalant du printemps 2019 à l’automne 2022) :

La deuxième étape est celle de l’inventaire, du partage numérique et d’une intensive concertation transcontinentale. Elle se découpe en quatre volets distincts et doit conduire à la mise en ligne en libre accès, ou à la restitution bien ordonnée, d’ici cinq ans, du matériel iconographique, cinématographique et sonore concernant les sociétés africaines, ainsi que d’un certain nombre d’œuvres authentiques jugées importantes par les États ou les communautés concernés.

a. Inventaires

Mobilisation de tous les moyens humains et financiers nécessaires à l’établissement rapide et à la mise en ligne d’un inventaire des collections africaines conservées dans les musées publics français. Cet inventaire fait encore défaut pour un grand nombre de musées. Sans inventaire et sans accès facile à celui-ci, les demandes de restitution ne peuvent s’opérer que dans un flou délétère. Le travail d’inventaire doit être mené main dans la main entre professionnels des musées et du patrimoine en France et en Afrique. Il constitue pour le côté africain un premier pas dans la (re)prise de contact avec des collections dont l’existence (à défaut d’inventaires facilement accessibles) est souvent ignorée par les professionnels africains eux-mêmes, et a fortiori par les sociétés.

Partage radical, dans le cadre du projet de restitution, des objets numérisés, y compris en ce qui concerne la politique des droits à l’image. Un grand nombre de documents photographiques, sonores ou cinématographiques concernant les sociétés africaines autrefois soumises à la tutelle coloniale française ont en effet été l’objet ces dernières années de campagnes de numérisation intensives (par exemple, l’iconothèque du musée du quai Branly-Jacques Chirac). Étant donné la multitude d’institutions françaises concernées et la difficulté qu’il y a, pour un public étranger, à s’orienter parmi ces institutions, nous préconisons l’élaboration d’un portail unique donnant accès à cette précieuse documentation en libre accès. Un plan de numérisation systématique des documents concernant l’Afrique non encore numérisés doit être par ailleurs établi, qui devra concerner aussi, après concertation avec les parties impliquées, les collections de manuscrits (éthiopiens, omariens, etc.) de la Bibliothèque nationale de France. Il va sans dire que l’actuelle politique de droits de reproduction des images doit faire l’objet d’une révision complète en ce qui concerne les demandes émanant des pays d’Afrique pour les œuvres et sociétés africaines photographiées, filmées ou enregistrées. La gratuité d’accès et d’usage de ces images et documents doit être visée.”

(Extrait, pp. 57-58 du document en ligne)

Parmi les centaines de réactions médiatiques que ce rapport a suscités et continue de susciter de par le monde, signalons l’émission de TV5 Monde du 25 novembre 2018 où les deux auteurs du rapport expliquent en détail leur approche de ce sujet très sensible et la manière dont ils y ont travaillé.

Nota bene : le Rapport a été publié le 26 novembre 2018 aux éditions du Seuil – Philippe Rey sous le titre Restituer le patrimoine africain.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.