Focus #2 – Unlearning with Ariella Azoulay

“Imagine that the origins of photography go back to 1492.”

Ainsi démarre la série de cinq billets intitulée Unlearning Decisive Moments of Photography de la théoricienne de la photographie Ariella Azoulay, publiée sur le site du FotoMuseum de Winterthur à l’automne 2018, en amont de la parution de son ouvrage Potential History: Unlearning Imperialism (New York: Verso, 2019).

Dans cette série, Ariella Azoulay propose de repenser l’histoire de la photographie – et des actes photographiques – en la détachant d’une histoire des innovations techniques sui generis dans le contexte de l’industrialisation du 19ème siècle (telle qu’elle est généralement perçue et enseignée), pour la replacer dans une séquence bien plus longue débutant avec l’époque des “découvertes” au 15ème siècle, qui inaugure à la fois un droit de détruire et d’imposer un nouvel ordre politique et épistémologique. “Ma proposition”, écrit-elle, “est que la photographie n’a pas initié un nouveau monde, mais qu’elle s’est plutôt développée sur la base de pillages impériaux, de divisions et de droits décisifs dans la colonisation du monde et au sein de laquelle la photographie était chargée de documenter, d’enregistrer ou de contempler ce qui était déjà là”*. Par conséquent, d’après elle, ces phénomènes devraient être appréhendés de façon conjointe et indissociable. Ce droit impérial de détruire était (et reste) arrimé au droit de voir, de rendre visible et de collecter, y compris ce qui n’était pas destiné à l’être.

Dans ses billets, la théoricienne prolonge les réflexions entamées dans son ouvrage The Civil Contract of Photography (Zone Books, 2008) au sujet du rôle – allant de l’imbrication au désengagement – des photographes dans la fabrication et perpétuation d’une logique impériale à travers une relecture de la tradition de la “concerned photography” d’après-guerre (billet #3, “Unlearning Expertise Knowledge and Unsettling Expertise Positions”), des “leçons” que l’on peut tirer d’un film tel qu’Enjoy Poverty de Renzo Martens ou encore du travail des photographes palestiniens durant la “Great March of Return” au printemps 2018 (billets #4 “Unlearning Imperial Rights to Take (Photographs)” et #5 “Unlearning Imperial Sovereignties”).

De façon stimulante (bousculant un certain nombre d’idées reçues qu’elle nous demande de réinterroger), Ariella Azoulay propose de décoloniser la manière dont on perçoit et étudie communément l’histoire de la photographie : “Prendre la date de 1492 comme origine de la photographie – explorer celle-ci avec et à travers la photographie – demande d’abandonner la temporalité linéaire impériale et la manière dont elle sépare les temps : passé, présent et futur. Cela requiert de considérer le monde impérial à partir d’un point de vue non impérial et de s’engager à révoquer plutôt qu’à ignorer ou nier les droits impériaux fabriqués et diffusés dans le cadre de la destruction de mondes divers”**.

Les 5 billets sont à lire ici.

Nota bene : C’est toujours dans ce sens qu’Ariella Azoulay lit le rapport Sarr-Savoy quant à la restitution d’objets africains spoliés durant la colonisation. Voir à ce propos : Understanding the Migrant Caravan in the Context of Imperial Plunder and Dispossession (où elle fait le lien entre ces débats et la caravane de migrants partie du Honduras en octobre 2018).

* “My proposition, however, is that photography did not initiate a new world; yet, it was built upon and benefitted from imperial looting, divisions, and rights that were operative in the colonization of the world in which photography was assigned the role of documenting, recording, or contemplating what-is-already-there.” (Billet #1, “Unlearning the Origins of Photography”, le 6/09/18)

** “To take this excursion to 1492 as the origin of photography—exploring this with and through photography—requires one to abandon the imperial linear temporality and the way it separates tenses: past, present, and future. One has to engage with the imperial world from a non-imperial perspective and be committed to the idea of revoking rather than ignoring or denying imperial rights manufactured and distributed as part of the destruction of diverse worlds” (Billet #2, “Unlearning Images of Destruction”, le 17/09/18)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.