Rencontres de Bamako – Retour sur la première édition – 1994

À la fin de cette année, les Rencontres de Bamako souffleront leurs 25 bougies. Un quart de siècle déjà ! Devenues, bon an mal an, un rendez-vous incontournable pour les photographes du continent africain, que nous réserve la prochaine édition, douzième du nom ? En attendant le dévoilement de la programmation, Fotota revient sur la première édition, en publiant un texte d’Érika Nimis paru à l’origine dans le catalogue anniversaire de la 10e édition en 2015, sous la direction artistique de Bisi Silva.

Quartier du fleuve, Bamako, décembre 1994. Crédit photo : Érika Nimis

Le 5 décembre 1994, s’ouvrait dans la capitale malienne la première édition d’une biennale initiée par deux photographes français, Bernard Descamps et Françoise Huguier, qui devait permettre aux photographes africains de rompre leur isolement en obtenant une reconnaissance internationale. Le coup d’envoi fut donné dans l’immense Palais de la Culture Amadou Hampâté Bâ, au bord du fleuve Niger, sous un crépitement de flashs, en présence du premier président de la troisième république du Mali, Alpha Oumar Konaré.

Nées dans le contexte des « transitions démocratiques », les Rencontres de Bamako annonçaient une ère nouvelle pour le Mali qui sortait alors d’une longue période de repli incarnée par la dictature de Moussa Traoré renversé en 1991. Son successeur, Alpha Oumar Konaré, historien de formation et ami des arts, appuyé par l’historienne Adam Ba Konaré, son épouse, accueillait très favorablement l’implantation de cette biennale en sol bamakois, pour faire rayonner la capitale du Mali au-delà des frontières nationales, soutenu dans cet effort par la coopération française en Afrique, représentée à cette époque par l’opérateur culturel « Afrique en créations ».

Discours inaugural des Rencontres de Bamako, décembre 1994. Crédit photo : Érika Nimis

Fort heureusement, les photographies « prêtes-à-exposer » tout droit sorties d’un laboratoire professionnel parisien et rebaptisées par le souffle rouge de l’harmattan prirent assez vite une couleur locale, donnant ainsi une autre dimension à ce festival qui depuis a bâti bien des légendes… À commencer par celles des « étoiles » de Bamako, Seydou Keïta et Malick Sidibé, mais aussi Samuel Fosso qui exposait son travail pour la toute première fois, remportant d’ailleurs le premier prix de la biennale.

Outre les maîtres du portrait, de grands noms du photoreportage furent aussi célébrés lors de cette première édition, parmi lesquels Santu Mofokeng, Boubacar Touré Mandémory et Pierrot Men. Autre pari réussi, celui de proposer des lieux d’exposition bien situés et appropriés au travail de chaque artiste : le Lycée Askia Mohamed pour Pierrot Men, la Maison du Combattant, à deux pas du marché et de la grande mosquée, pour Seydou Keïta (dont les portraits réveillèrent bien des souvenirs chez les anciens), l’Institut National des Arts pour Malick Sidibé (établissement où il s’était formé quarante ans plus tôt), la galerie du restaurant San Toro pour les portraits peints de Moussa M’Baye. Le Palais de la Culture accueillait quant à lui le gros des expositions officielles, avec Samuel Fosso et des représentants de la scène contemporaine dans trois pays, l’Afrique du Sud, le Sénégal, le Mali, sans oublier les archives des agences nationales malienne et guinéenne et l’émouvant travail de Mody Sory Diallo sur les inscriptions murales laissées par les suppliciés du camp Boiro dans la Guinée de Sékou Touré.

Le ton était différent, quoique complémentaire, à l’espace Revue Noire qui présentait à l’ancien aéroport de Bamako, siège de la FEBAK (foire d’exposition de Bamako), « une nouvelle photographie ». Place à la jeune photographie du continent et de la diaspora, mais aussi aux « anciens » avec, entre autres, un beau dialogue entre différentes générations de photographes ivoiriens, un hommage au doyen sénégalais Mama Casset, la présence d’un collectif namibien emmené par John Liebenberg, sans oublier la série mythique de Ricardo Rangel sur les prostituées de la rue Araujo à Maputo et bien d’autres coups de cœur, comme les nus en couleurs d’Elise Fitte-Duval, par qui le premier scandale de la biennale arriva. Ses photographies furent censurées, retournées contre le mur, le temps de l’inauguration officielle, ce qui fera dire à un journaliste malicieux que la photographe était « tombée des nues ».

Exposition Seydou Keïta à la Maison du Combattant, Bamako, décembre 1994. Crédit photo : Érika Nimis

De cette première édition, je me rappelle l’effervescence, la joie de découvrir, la joie de célébrer ensemble la photographie avec de nouveaux amis qui le sont restés depuis. Je me souviens aussi de l’immense espoir qu’a suscité cet évènement auprès des photographes maliens dont certains suivaient les deux stages offerts, l’un consacré au reportage, l’autre au portrait et donné par Yves Pitchen. Bien sûr, il y a toujours des couacs, mais ceux-là, on veut les oublier, et vite (comme les débats organisés au Centre Culturel français qui révélèrent davantage les tensions au sein de l’organisation venue de Paris que les véritables enjeux de ces Rencontres). L’important est ailleurs et le mythique train de Bamako déjà en marche, train que prendront au moins une fois (si ce n’est plusieurs) au cours de leur carrière, les photographes qui considèrent ces Rencontres de Bamako comme les leurs. Car cette biennale, dédiée à la photographie du continent et de la diaspora, au-delà des clivages, inévitables dans le monde de l’art, est une histoire d’amitié. Et la magie de ces Rencontres, évènement à dimension humaine, opère toujours et plus que jamais.

Stage Portrait animé par Yves Pitchen, Bamako, décembre 1994. Crédit photo : Érika Nimis

 

Exposition Santu Mofokeng au Palais de la Culture, Bamako, décembre 1994. Crédit photo : Érika Nimis

Référence : Érika Nimis, « Retour sur la première édition – A look back on the First Edition », Telling Time. Catalogue des Rencontres de Bamako, Biennale africaine de la photographie, 10e édition, Kehrer, pp. 350-353.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.