Focus #5 – “When the Camera Was a Weapon of Imperialism. (And When It Still Is.)”

“When the Camera Was a Weapon of Imperialism. (And When It Still Is)” est un article de Teju Cole, écrivain, photographe et essayiste, paru dans The New York Times du 6 février 2019.

À partir d’une photographie coloniale publiée en 1899 dans les mémoires du Révérend R.H. Stone, In Africa’s Forest and Jungle: Or Six Years Among the Yorubans, sur laquelle le visage de l’Oba est dévoilé, alors que son statut royal n’autorisait pas à ce qu’il soit vu en public, Teju Cole écrit une belle méditation, profondément actuelle, sur les rapports entre photographie et pouvoir, de la période coloniale à nos jours. Ce, à travers la question de la visibilité : qui rend visible qui, et comment ? Quels sont les arguments avancés pour le faire ? Et quelles conceptions du “nous” et des “autres”, ces discours trahissent et légitiment-ils ?

S’appuyant sur les travaux de Susan Sontag et d’Ariella Azoulay, Cole s’interroge sur le pouvoir de la photographie à à soulever les citoyens (ainsi celle du petit Alan Kurdi en 2015) ou, le plus souvent, à servir implicitement les intérêts des pouvoirs en place : “Without confronting this inequality, this misconstrual of history, photography will continue to describe itself as one thing (a force for liberation) while obdurately remaining another (an obedient appendage of state power).”

L’article se termine sur le dernier ouvrage du photographe Richard Mosse, The Castle (publié en octobre 2018 et déjà “sold out”, d’après la page de son éditeur Mack) dont les images panoramiques de paysages au Moyen-Orient et en Europe “où des réfugiés se sont rassemblés ou ont été confinés”, réalisées avec des caméras thermiques utilisées par les militaires, posent à nouveau la question de la visibilité de celles et ceux qui sont photographiés, visibilité qui est sans cesse arrimée à celle des rapports de pouvoir qu’elle acte ou déstabilise.

L’article, accessible ici, se termine par cette phrase pénétrante : “Photography writes with light, but not everything wants to be seen. Among the human rights is the right to remain obscure, unseen and dark.”


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.