“Une oeuvre de longue haleine” – Entretien avec Philippe David

Depuis le milieu des années 1970, Philippe David étudie en détail les cartes postales de nombreux pays d’Afrique de l’Ouest, notamment en établissant des inventaires raisonnés comme celui sur la collection Fortier*. Dans l’entretien qui suit, il dresse un bilan de ses activités qui l’ont conduit à inlassablement promouvoir le potentiel heuristique** de ces cartes postales auprès de décideurs politiques et de responsables d’institutions africaines.

Comment en êtes-vous arrivé à vous intéresser aux cartes postales, à un moment où elles n’étaient pas encore considérées comme un matériau digne d’étude ?

C’est ma passion, très jeune, pour faire des listes (de tout : rois, empereurs et chefs d’état, maréchaux de France, lignes d’autobus de la STCRP puis de la RATP, mots étrangers de toutes les langues rencontrés dans mes lectures…) conjuguée à la philatélie, qui m’amène dans les années 1970 aux cartes postales et aux inventaires. Basé à Dakar et désireux d’agrémenter ma collection de timbres-poste d’Afrique, Sénégal en tête, de quelques jolies photos et cartes postales (inséparables par usage et définition de la philatélie), je commence à en rassembler, d’abord sur le Sénégal et j’en constate, très vite, avec émerveillement, l’abondance et la richesse. Une signature tout particulièrement prédomine sur toutes les autres : Fortier. Une liste, plusieurs listes s’imposent aussitôt et deux petits cahiers bleus (Sénégal et Fortier) constituent mon tout premier inventaire de cartes postales africaines, avant bien d’autres.

Mais une autre circonstance est décisive : depuis quelque temps, en France on vient de découvrir, ou de redécouvrir, l’exceptionnelle richesse patrimoniale des cartes postales anciennes, après une longue période de banalité ou d’indifférence depuis les années 1920. Si bien que des expositions locales ont rapidement proliféré dans une multitude de villes, grandes, moyennes et petites. Celle de Sens, que je visite en 1975, me décide à en faire une aussi à Dakar, avec toutes les cartes que je pourrai rassembler, jointes à celles que les Archives nationales du Sénégal (ANS), par chance, détiennent déjà et finiront bien, j’espère, par me prêter pour entamer cette aventure.

Dès mon retour à Dakar en novembre 1975, je propose une exposition intitulée Le Sénégal d’autrefois à travers la carte postale illustrée à l’Association sénégalaise des professeurs d’histoire et de géographie (ASPHG) à laquelle, magistrat mais non professeur, je viens d’adhérer. Son président et son vice-président acceptent volontiers de parrainer ce projet dont la réalisation technique sera assurée par le Centre culturel français à Dakar (officiellement appelé à l’époque CECLF/Centre d’échanges culturels de langue française). L’exposition est un grand succès : inaugurée le 3 janvier 1977 (assortie d’une affiche et de plaquettes), en présence de trois ministres et de l’ambassadeur de France, la presse et la radio saluent l’évènement qui constitue, à l’époque, sauf erreur de ma part, une première en Afrique au sud du Sahara. En tout, ce sont 1 136 cartes postales (800 prêtées par les ANS, plus 516 reçues ou acquises par l’ASPHG grâce à une subvention spéciale du président Senghor, plus 50 de ma propre collection commencée) qui sont exposées durant trois semaines, ainsi que plus de 187 agrandissements. L’exposition reçoit entre autres la visite spéciale de la première dame de Mauritanie et sera prolongée d’une semaine, ayant reçu 20 000 visiteurs au total. Je récidive en 1980 à Abidjan, puis à Bouaké en 1981, pour de moins bons résultats. Mais mes travaux de collection, de publication et d’inventaires, désormais lancés, vont s’intensifier à partir d’Abidjan entre 1978 et 1984.

Comment procédez-vous ? Pourriez-vous détailler les différentes étapes de ce travail minutieux d’inventaire ?

En novembre 1977, peu avant de quitter Dakar, j’ai laissé aux ANS la première ébauche d’un Catalogue général des cartes postales illustrées concernant le Sénégal éditées de 1900 à 1960 fort des 2 000 références déjà rassemblées. Désormais, la recherche des cartes postales, partout où, conseiller UNICEF, je séjourne, en Afrique occidentale et centrale, fait partie de mes activités parallèles. Pas besoin de les acquérir : pas de marchands d’ailleurs dans ces pays et peu ou pas de collectionneurs mais, en tout cas, un seul dont la rencontre est déterminante. Mis en confiance, André Guenneguez, industriel abidjanais, fils d’un cheminot colonial, me donne un accès illimité à son immense collection panafricaine, me prête ses boîtes et ses cartons, les uns après les autres, et me permet donc d’ouvrir rapidement les inventaires des cartes anciennes de tous les pays d’Afrique (Maghreb-Machrek exceptés) : colonies françaises, anglaises, belges, allemandes, espagnoles et portugaises, Éthiopie, Liberia et Madagascar ! Chaque inventaire, manuscrit mais calligraphié, comporte les noms des éditeurs avec, pour chacun, un groupe de trois (ou deux) lettres pour faciliter leur identification (ex. : Fortier/FTR, Bouchut/BHU, Katholische Mission Lome/KML), les numéros et les légendes des cartes et une estimation progressive de la production totale.

Mais la faible proportion de cartes étrangères dans l’immense collection mise à ma disposition va m’obliger assez vite à cesser mes recherches concernant ces territoires pour me concentrer sur les pays francophones. Parallèlement, en France et en Europe, lors de mes congés, j’avance dans mes recherches, en combinant quelques achats personnels, des visites d’expositions, l’examen de cartes prêtées par d’autres collectionneurs ou trouvées, en photos, au hasard de mes lectures (j’invente à cette occasion le terme de “bibliconographie”), et des séjours plus ou moins brefs dans les grands gisements repérés : musées et archives privées ou publiques. En France, citons l’ANOM d’Aix-en-Provence, le CHETOM de Fréjus, l’ASOM, le MAAO, la Bibliothèque du CIRAD et le Monastère de la Source à Paris, sans oublier l’iconothèque du Musée de l’Homme.

Au total, ces recherches m’auront promené, en plus de quelques capitales africaines bien pauvres en cartes postales dans l’ensemble, et de la France déjà citée, en divers lieux d’Italie, de Suisse, des deux Allemagnes, de Grande-Bretagne, de Belgique et des Pays-Bas, profitant notamment des riches archives de plusieurs congrégations missionnaires.

En quelques années, je pousse ainsi au maximum les inventaires des pays les plus importants, après avoir achevé le tout premier, le plus emblématique, consacré, non pas justement à un pays particulier, mais au photographe Fortier découvert à Dakar. Mon Inventaire général des cartes postales Fortier est édité à compte d’auteur en trois fascicules (1986-1987-1988), mi-dactylographiés, mi-saisis sur ordinateur.

À partir de 1992, les inventaires par pays les plus importants (Sénégal, Côte d’Ivoire et Mali – élaborés avec G. Meurillon, Dahomey, Guinée, Cameroun, Togo, Madagascar, Centrafrique – jamais complets, mais déjà substantiels) sont proposés aux autorités nationales pour information, financement/acquisition ou au moins des exposition(s) locale(s). Partout, je tiens avant tout à sensibiliser les autorités à la richesse du patrimoine iconographique national, évidemment colonial pour l’essentiel, mais historiquement incontournable, à provoquer en conséquence leur engagement direct dans ce domaine, plutôt que de leur offrir, sans participation de leur part, un produit fini qui serait préfinancé par exemple par la coopération française ou l’UNESCO. Piètre résultat : en dépit de vingt, parfois trente ans d’efforts souvent réitérés auprès de nombreux ministres, premiers ministres ou même chefs d’état, parfois amis personnels, cette démarche, probablement trop optimiste, trop prématurée, insuffisamment convaincante, n’a abouti nulle part, pas même au Sénégal.

Dans ce dernier pays pourtant, depuis le grand coup d’envoi de 1977, la carte postale a quand même fait parler d’elle, suscité de nombreux articles (à commencer par les huit que j’ai donnés entre 1977 et 1990 aux Notes Africaines de l’IFAN-Dakar), a révélé et abondamment illustré le séjour en France et en Europe de nombreux “Villages noirs” sénégalais des années 1890 aux années 1930, inspiré parfois le programme philatélique, balisé les parcours touristiques dans la vallée du fleuve Sénégal, pénétré les livres scolaires, réapparu sur des cartes modernes et bénéficié de quelques efforts de numérisation (ANS, IFAN et CRDS de St-Louis). Mais l’Inventaire, récemment encore enrichi, porté à 133 auteurs ou éditeurs nommés ou anonymes et quelque 11 000 cartes (dont 4 000 de Fortier) n’existe toujours pas et qui va publier un tel pavé, nécessairement illustré ?

Avant de revenir aux deux seuls inventaires actuellement publiés, je dois signaler mes efforts parallèles dans ces divers pays pour prôner partout et à chaque occasion l’élaboration d’un programme national d’iconographie globale (PNIG) relativement simple et peu coûteux, consistant à retrouver, inventorier, montrer et (si possible) acquérir toutes les images anciennes et modernes inséparables du patrimoine national :

Toutes les images, c’est-à-dire les cartes postales anciennes et modernes (soumises en principe au dépôt légal), de même que les photos publiées ou non, les illustrations de journaux et d’ouvrages (ce que j’appelle la “bibliconographie”), les peintures, les tableaux et dessins, les affiches, les enseignes, les timbres-poste, les tissus et pagnes commémoratifs (on s’arrête au seuil du cinéma) ;

Retrouver, partout en Afrique et ailleurs, dans tous les gisements publics et privés ;

Inventorier nous renvoie, pour les cartes postales, aux inventaires déjà proposés, publiés ou non. Pour toutes les autres “images”, tout reste à faire (sauf pour les timbres-poste suivis partout par des catalogues commerciaux depuis l’origine) ;

Montrer, à travers des expositions et l’édition d’ouvrages et de reproductions, en plus des seuls inventaires.

Il n’y a pas de chronologie stricte pour les trois actions : retrouver, inventorier, montrer, qui peuvent très bien se chevaucher ou se combiner entre elles.

Enfin Acquérir, sinon les originaux, du moins les reproductions, pour les intégrer aux collections nationales (archives, musées, iconothèques) et permettre leur accessibilité et exploitation illimitées.

Pourriez-vous présenter votre dernier ouvrage, “Inventaire général des cartes postales de Guinée”, paru l’an dernier aux éditions L’Harmattan/Sépia ?

À ce jour donc, seuls deux inventaires de cartes postales anciennes existent, tardivement publiés en France par les éditions Sépia :

– celui du Togo, en deux livraisons séparées (2007 et 2016) pour l’époque allemande puis l’époque “française” jusqu’à l’abandon du petit format 9×14 cm ;

– et surtout celui de la Guinée, à compte d’auteur partiel et, pour la première fois enfin, par cofinancement majoritaire et décisif d’un partenaire national (comme je le souhaitais depuis si longtemps) et privé de surcroît ! Cet ouvrage, déjà quasiment achevé et proposé sans succès aux autorités de Conakry dès 2002, comporte 5 000 références de cartes retrouvées ou non, énumère 129 éditeurs ou auteurs nommés ou anonymes, mais ne comporte que 380 illustrations pour ne pas alourdir le prix de revient.

Intitulé Inventaire général des cartes postales de Guinée, Guinée française (1895-1958) – République de Guinée (1958-1960), il présente une particularité historique intéressante. Il couvre en effet les deux premières années de la Guinée indépendante, alors que la grande mutation technique de la carte postale de la fin des années 1950 n’est pas encore complètement intervenue partout. Il faut rappeler ici, en effet, que cet objet culturel original à utilisation postale, très vite devenu universel (et réglementé d’ailleurs dès sa naissance par l’UPU, doyenne des organisations des futures Nations-Unies), a jusqu’alors conservé partout dans le monde son format d’origine 9×14 cm (parfois 8,5×14 cm) et, depuis 1900 environ, l’adjonction presque toujours d’une photo noir-et-blanc. Tout change à la fin des années 1950 : la carte postale “ancienne”, puis “semi-moderne” mais toujours au même format, passe en quelques années au format 10×15 cm et à la couleur. Si cette mutation intervient à la fin des années 1950, c’est pure coïncidence avec les indépendances en chaîne des pays francophones de cette époque. L’exemple de la Guinée le montre fort bien et la carte de petit format n’est donc pas forcément “coloniale”.

II y a plus important : cet Inventaire résulte d’un financement conjoint de l’auteur et d’un partenaire national, en l’occurrence, le Centre international de Recherche et de Documentation (CIRD), ouvert en 2017 à Conakry-Kipé, à l’initiative de Madame Safiatou Diallo. Premier établissement non étatique en Guinée dans les domaines de la recherche, de la documentation et de la formation continue, le CIRD est agréé par le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (MESRS) et son premier bilan d’activité sur seulement dix-huit mois est impressionnant. L’intérêt porté par sa fondatrice et son équipe au patrimoine iconographique du pays, révélé, au moins pour les cartes postales, par l’Inventaire, laisse d’ores et déjà espérer d’autres avancées dans le domaine des images : l’acquisition d’une collection privée de 630 cartes postales anciennes de Guinée et l’éventualité d’une exposition temporaire au CCF de Conakry ; la diffusion de l’Inventaire dans les principales institutions de l’État et les établissements d’enseignement ; le déclenchement peut-être, à terme, d’un PNIG pour la première fois dans toute la région. Cette première victoire en laisse espérer quelques autres pour justifier et récompenser, au moins sur le tard, une oeuvre de longue haleine.

* Un article sur cet éditeur vient de paraître : Daniela Moreau, “Edmond Fortier (1862-1928): Photographer, Documentarian and Creator of Stereotypes in West Africa”, Landscapes, Sources and Intellectual Projects of the West African Past, Essays in Honour of Paulo Fernando de Moraes Farias, sous la direction de Toby Green et Benedetta Rossi, Leiden-Boston, Drill, 2018, pp. 464-491.

** Pour Philippe David, si un Inventaire de cartes postales est d’abord une liste, parfois aride et fastidieuse, il laisse toutefois entrevoir d’autres découvertes. Il est toujours possible en effet de le retravailler, de l’enrichir en poussant la recherche dans plusieurs domaines : l’histoire politique, sociale et religieuse à partir des évènements et des personnages présents ou évoqués dans les images, mais aussi l’histoire économique, non seulement à partir des images (d’équipements techniques, marchés, ateliers, mines, grands chantiers, chemins de fer, bateaux), mais aussi en fonction des créations, fusions, oppositions ou convergences des nombreuses compagnies de commerce et de transports, enchevêtrées et dominantes parmi les éditeurs eux-mêmes.

Philippe David, né à Paris en 1932, magistrat breveté de l’ENFOM, a servi d’abord au Niger (1960-1964), puis au Sénégal (1966-1978), avant de devenir planificateur à l’UNICEF, à Abidjan puis Khartoum, et enfin conseiller juridique à la Présidence du Togo (1986-1992). Dès 1962, il effectue parallèlement de nombreuses recherches en histoire, géographie, géopolitique et iconographie dans plusieurs pays (Niger, Sénégal, Guinée, Gambie, Côte d’Ivoire, Togo, Bénin, Cameroun et Soudan). Celles-ci donnent lieu à de nombreuses expositions, conférences et publications. Membre de l’Académie des sciences d’outremer, élu en 2010, et de la Société des Africanistes, il a fondé à Paris l’association Images & Mémoires-I&M (Iconographie ancienne et moderne des pays d’outremer).

1 réponse

  1. Alle eer voor Philip David ! Ook graag aandacht voor “Centre Edmond Fortier” http://www.edmondfortier.nl voor een andere kijk op Fortier !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.