“Kenyans reclaim narrative over black panther sighting”

Un beau matin, nous nous sommes réveillé.e.s avec des annonces tonitruantes, qui se sont multipliées dans la presse française et internationale, au sujet d’images rarissimes prises au Kenya, constituant la “confirmation scientifique de la présence de ce type de panthères sur le continent”, dixit Le Monde/AFP :

“L’étude, menée par le chercheur Nicholas Pilfold du zoo de San Diego et publiée en janvier dans la revue African Journal of Ecology, explique que ces photos constituent la première confirmation scientifique de la présence de léopards noirs en Afrique en un siècle. La dernière apparition remonte à une photo prise à Addis-Abeba en 1909, conservée au Musée d’histoire nationale aux Etats-Unis.” (“Un léopard noir photographié pour la première fois en Afrique depuis 1909”, le 14 février 2019, nous soulignons).

Et National Geographic de titrer à son tour : Black leopard spotted in Africa for first time in 100 years.

Mais au Kenya l’information ne passe pas, comme le relatent, dans leurs articles respectifs, Abdi Latif Dahir (No, these are not the photos of the first black leopard seen in Africa in a century, Quartz, le 14 février 2019) et Yassin Ciyow (Controverse au Kenya sur une série de photos d’un léopard noir, Le Monde Afrique, le 15 février 2019) qui rappellent que des photos d’un léopard noir, réalisées par la photojournaliste Phoebe Okall, avaient déjà été publiées dans le journal kényan Daily Nation en 2013. Ce dernier cite les propos de l’activiste/photographe Boniface Mwangi :

“It’s important we say this, (…) Kenyans living in areas with wildlife population have spotted black Leopards many times (we coexist with wildlife). The white media claim of first sighting in 100 years is pure nonsense”, tandis que d’autres se demandent : “Does it only become a discovery once a white man spots one?”, pointant du doigt le vieux trope des “découvertes”, par des Blancs, si récurrent dans bien des domaines au cours de l’histoire entre l’Europe et l’Afrique.

Dans le même sens, le Daily Nation (Kenyans reclaim narrative over black panther sighting, par Pauline Kairu, le 14 février 2019) rapportait des propos publiés dans les réseaux sociaux, tels que “Same old song, same performers, same setting. Remember every other physical feature in Africa existed only after validation by a Whiteman. So no point stressing the fact that similar leopard had been captured by Kenya’s Daily Nation photographer as early as 2013” ou encore : “This Christopher Columbus type of history is archaic!!”.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.