From Roots to Routes #29 – Des photographies coloniales de Somalie au Musée d’anthropologie de Turin

Comment donner une voix à des photographies privées prises en contexte colonial et dont on sait très peu de choses ? Pour tenter de répondre à cette question, l’anthropologue Erika Grasso a travaillé sur le fonds F. Zanini conservé au Musée d’anthropologie et d’ethnographie de Turin. Ce fonds comprend trois albums de photographies prises en Somalie (alors sous domination coloniale italienne) entre 1913 et 1923. Les résultats de cette recherche ont été récemment publiés dans la revue en ligne From roots to routes, dans l’article Strade, sguardi, voci. Fondi fotografici inediti e memoria coloniale dall’archivio del Museo di Antropologia ed Etnografia dell’Università di Torino(“Routes, regards, voix. Fonds photographiques inédits et mémoire coloniale issus de l’archive du Musée d’anthropologie et d’ethnographie de l’Université de Turin”).

Dans son essai, Grasso commence par replacer les 111 photographies du fonds F. Zanini dans leur contexte historique (la première phase du colonialisme italien, avant l’entreprise impériale fasciste), y compris celui du musée d’anthropologie où ces photographies sont conservées aujourd’hui. Quelques noms cités dans les légendes permettent à l’auteure de dater certains clichés et d’identifier quelques personnes et lieux photographiés.

Si cette première étude vise d’abord à rendre à ces images leur valeur documentaire, le but de l’auteure – qui souligne les silences, les rapports de force qui sont inscrits dans cette archive – reste in fine de “donner la parole aux subjectivités qui n’ont pas encore pris la parole par le biais d’une compréhension participative et ouverte du patrimoine culturel” (“a dare voce alle soggettività che finora non hanno preso parola attraverso una comprensione partecipata e aperta del patrimonio culturale”).

L’article est en accès libre ici, et le sommaire du numéro 29 Anno IX (janvier-avril 2019) – qui comprend bien d’autres articles tels que “Le radici iconografiche del razzismi in Italia” par Viviana Gravano et “il mio corpo remoto’ sta forse di là del mare? My home, in Libia e Mum, I’m sorry“, conversazione epistolare tra Cristina Lombardi-Diop e Martina Melilli – se trouve .

Fig. 10 – Anonimo,”Donne Rahan-wên a Baidòa (Betulla e C.ne)”, 1913-1923. Courtesy of Museo di Antropologia ed Etnografia del Sistema Museale di Ateneo dell’Università degli Studi di Torino.

NOTA BENE : Un nouveau numéro de cette revue en ligne vient de paraître – I non detti del museo (Les non-dits du musée) (anno IX, n. 30, mai-août 2019) : “What does the museum not say because it cannot, does not want to or believes it has not the time to do so? Does it only talk to specialists because it does not know who else to talk to or does it speak in such a low voice that no one hears it? Does it lack the tools to communicate or common practices to refer to such as over the treatment of human remains, practices that differ according to culture and location.
Does the museum remain silent because it fears society is not ready to listen; because it does not believe that this is its role or because opposing voices within the institution are stronger?”


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.