“Awa : la revue de la femme noire” – Entretien avec Claire Ducournau

Fin 2017, les Dakarois.e.s découvraient une fantastique exposition au Musée de la femme Henriette-Bathily, consacrée à l’un des premiers magazines féminins paru en Afrique francophone et produit entièrement à Dakar, Awa: la revue de la femme noire. Fondée par Annette Mbaye d’Erneville en 1964, cette revue a été numérisée à l’IFAN-Cheikh Anta Diop de Dakar, dans le cadre d’un projet de recherche co-initié par l’université de Bristol et l’université Paul-Valéry – Montpellier 3, en partenariat avec l’IFAN-CAD, les Archives du Sénégal et le Musée de la femme Henriette-Bathily.

Sociologue, maîtresse de conférences au département de lettres modernes de l’Université Paul-Valéry – Montpellier 3 et membre du centre de recherche interdisciplinaire RIRRA21, Claire Ducournau, l’une des initiatrices du projet, a accepté de répondre aux questions de Fotota. Ayant fait paraître en 2017 chez CNRS éditions La Fabrique des classiques africains. Écrivains d’Afrique subsaharienne francophone (1960-2012), elle mène ses recherches sur les littératures, l’édition et le journalisme africains de langue française envisagés dans leurs conditions sociales de production et de réception.

Affiche de l’exposition “Awa : une revue féminine pionnière. Sénégal, 1964-1973”, conçue à partir de la couverture du n°14 d’Awa : la revue de la femme noire, novembre 1965. Conceptrice : Hélène Degout

#1 – Pouvez-vous présenter en quelques mots Awa : la revue de la femme noire : sa ligne éditoriale, son lectorat et sa portée ? Peut-on retracer aujourd’hui une généalogie des modèles qui l’ont inspirée ? Comment cette revue était-elle financée ?

Claire Ducournau — Conçu et imprimé à Dakar, Awa : la revue de la femme noire est un magazine illustré féminin, créé en 1964 par des femmes sénégalaises pour des femmes, centré sur la femme noire. Tiré à moins de 10 000 exemplaires, le magazine était activement lu à Dakar – comme en témoignent encore aujourd’hui plusieurs femmes rencontrées au Sénégal –et ailleurs dans le monde – ce qu’attestent les courriers de lecteurs et lectrices résidant en Côte d’Ivoire, en France, en Russie, en Israël ou aux États-Unis publiés dans la rubrique « La boîte à lettres ». Sa fondatrice et rédactrice en chef, Annette Mbaye d’Erneville, également autrice, travaillait alors au ministère de l’Information. Le magazine est fabriqué bénévolement dans l’imprimerie d’Abdoulaye Diop, première imprimerie privée indépendante du Sénégal [1]. Son épouse, Anta Diop, membre du comité de rédaction, s’occupe à peu près seule de la comptabilité, de la publicité, de la correction des textes et des envois aux abonnés [2]. La revue était financée par des abonnements, par quelques sponsors (la publicité représente environ 10 % de sa surface paginale totale), par des aides très limitées et ponctuelles concédées discrétionnairement par le chef de l’État sénégalais, Léopold Sédar Senghor [3]. En l’absence de soutien public systématique à la presse, ces différents apports ne sont pas suffisants, ce qui explique les difficultés économiques rencontrées par le périodique, par lesquelles il justifie lui-même ses retards de parution. Inspiré par les magazines illustrés, notamment féminins et africains, qui circulaient à cette époque-là, d’Elle à Marie Claire en passant par Bingo : l’illustré africain, et avec lesquels Annette Mbaye d’Erneville, qui publie dans la presse africaine dès la fin des années 1940, a été en contact lors de son séjour en France, le magazine affiche son indépendance vis-à-vis des pouvoirs politiques et économiques. Le lancement d’Awa s’appuie sur des réseaux liés au journalisme, à la littérature et à la culture, dans lesquels est particulièrement bien insérée sa fondatrice, mais surtout sur des associations féminines et des institutions mobilisées pour défendre la cause des femmes à une échelle internationale, très actives dans les années 1960 et 1970.

Presse rotative d’époque utilisée pour imprimer les affiches de l’exposition, quartier de la Médina à Dakar. Photographe : Hélène Degout

#2 – Comment définir la place de l’image photographique dans la revue ?

Les photographies sont très présentes dans Awa, dès la couverture, qui représente une cover-girl (la plupart du temps) ou un groupe de femmes en activité : prises par des photographes amateurs ou par des professionnels, elles représentent essentiellement des Africaines, conformément à la ligne éditoriale de la revue, mais aussi des Africains. Le rôle de Baïdy Sow (1927-2003), figurant dans l’ours de la revue aux côtés du comité de rédaction exclusivement féminin, a manifestement été essentiel [4]. Chef de la division photo au service de presse du ministère de l’Information il était donc un collègue d’Annette Mbaye d’Erneville [5] et contribuait ainsi bénévolement au magazine [6]. D’autres photographes ont collaboré de manière plus ponctuelle ; les auteurs des clichés ne sont du reste pas toujours nommés ni reconnus professionnellement. Ces images vont du portrait posé réalisé en studio, y compris des plans rapprochés, à la photo de famille (celle de Joseph Zobel) et aux prises de vue plus larges dans un environnement extérieur, qu’il soit rural ou urbain, illustrant des reportages par exemple. Les modèles sont souvent anonymes, en particulier dans les pages consacrées à la mode ou à la coiffure, pour lesquelles le magazine sollicite ses lectrices dans une démarche quasi militante en faveur du rayonnement de la femme noire. Les individus photographiés sont au contraire dûment nommés lorsqu’il s’agit d’articles dressant des portraits, portant sur des célébrités comme Miriam Makeba, Abbey Lincoln ou Younousse Seye, ou de clichés plus « mondains » (à l’occasion de la fête de lancement de la revue ou, plus tard, de la kermesse Awa). Dans un contexte, que vous connaissez bien, de relative urgence quant à la sauvegarde et à la préservation des fonds photographiques dans les pays d’Afrique [7], on peut penser que les nombreuses photographies publiées dans les pages d’Awa représentent un ensemble d’autant plus précieux qu’elles ne sont plus forcément accessibles aisément par ailleurs sous la forme de tirages argentiques ou de négatifs.

#3 – Lorsqu’on consulte l’Index des revues Awa sur le site dédié au projet, on s’aperçoit que le magazine a une parution régulière l’année de sa création, en 1964, puis que les parutions s’espacent. En 1966, par exemple, il y a une seule parution (qui annonce le Festival mondial des arts nègres de Dakar). Le magazine s’arrête alors et reprend, avec une nouvelle série, en octobre 1972. Deux numéros paraissent cette année-là, de même qu’en 1973. En quelques mots, quelle est l’histoire de ces interruptions et de cette (courte) renaissance ?

Le magazine paraît en effet d’abord très régulièrement au départ, mais plus irrégulièrement ensuite, du fait des difficultés matérielles déjà évoquées. La seconde série commence en 1972 – sans doute après qu’Annette Mbaye d’Erneville eut refusé de céder son titre à Michel de Breteuil, qui crée alors Amina –, mais sa parution reste irrégulière, et le titre disparaît pour les mêmes raisons.

Couvertures du magazine Awa suspendues lors de l’exposition “Awa : une revue féminine pionnière. Sénégal, 1964-1973”, reproduite à Montpellier en mars 2018. Photographe : Laurie Guizard

#4 – Qu’est-ce qui a motivé la numérisation de la revue ? D’autres magazines culturels parus sur le continent vont-ils être numérisés dans le cadre du même programme ?

La démarche de numérisation a été engagée dans une perspective conjointement patrimoniale et scientifique. Dans le cadre du programme “African reading cultures. “Popular” print in francophone Africa / L’imprimé “populaire” et les modes de lecture en Afrique francophone“, qui s’est déroulé entre janvier 2017 et juillet 2018, cette numérisation, conçue comme pilote, n’a concerné qu’Awa. Financé par le Arts and Humanities Research Council (AHRC), le programme s’appuyait pour ce faire sur un partenariat entre l’Université de Bristol, l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, l’Institut fondamental de l’Afrique noire de l’Université Cheikh-Anta-Diop de Dakar et le Musée de la femme Henriette-Bathily. Il s’agissait de rendre visible dans l’espace public un maillon largement oublié de l’histoire sénégalaise et de dynamiser la recherche universitaire concernant ce périodique jusqu’alors négligé (de même que d’autres magazines illustrés diffusés sur le sol africain à cette époque, à l’instar de Bingo : l’illustré africain).

#5 – Quelles pistes de recherche ont émergé de cette archive en ligne ?

Elles sont nombreuses !… et continuent à s’ouvrir les unes après les autres. Je vous renvoie ainsi à un dossier consacré à Awa dans le n°47 de la revue Études littéraires africaines : les contributions étudient les présences textuelles et visuelles de l’écrivain Joseph Zobel dans le périodique (Laure Demougin), proposent une lecture médiapoétique de ce magazine à l’énonciation négociée, hanté par la référence mythique et religieuse à Ève (Marie-Ève Thérenty), montrent la place croissante qu’occupent les voix masculines, et le recours beaucoup plus important des femmes que des hommes à l’anonymat et à une énonciation collective les empêchant d’accéder pleinement au statut d’autrice (Claire Ducournau) [8]. La numérisation de la revue a aussi déjà stimulé des recherches de la part d’étudiant·e·s de master en études culturelles, en histoire ou en lettres, dans différentes universités : cette ressource permet d’étudier, par exemple, la présence de l’écrivain Birago Diop, la représentation des corps via la mode, la coiffure, celle de la cuisine dans les colonnes du magazine, etc. [9] Ces recherches contribuent à montrer le double caractère d’Awa pour tout un secteur de la presse africaine : à la fois une matrice médiatique, qui se saisit de modèles existants et qui inspire d’autres périodiques, et en même temps une parution inédite et atypique par bien des aspects, qui a joué un rôle décisif pour plusieurs individus qui s’y étaient impliqués. On est dès lors incité à envisager le magazine en le replaçant dans des réseaux sociaux et géographiques plus larges, comprenant d’autres parutions périodiques, afin qu’Awa ne devienne pas l’arbre qui cache la forêt, puisque derrière ce titre existent d’autres publications collectives qui méritent d’être mieux connues.

La numérisation d’Awa a aussi suscité des appropriations culturelles et artistiques : l’artiste américain Fahamu Pecou a produit une œuvre qui s’inspire d’une couverture de la revue – qu’il a découverte grâce à la numérisation du périodique – et qui a été exposée dans une galerie à New York (voir https://www.fahamupecouart.com/memory). Nous avons aussi été contactées, via le site, par des designers ou des journalistes sénégalais inspirés dans leurs projets par cette revue dont ils ont découvert l’existence en ligne.

Vue de l’exposition “Awa : une revue féminine pionnière. Sénégal, 1964-1973” lancée en novembre 2017 au Musée de la femme Henriette-Bathily. Photographe : Ruth Bush

#6 – Quelle a été la réception du projet à Dakar où il a été exposé ?

L’exposition a été très bien reçue à Dakar, dès son lancement, début novembre 2017, qui a été répercuté dans les médias sénégalais : prévue initialement pour trois mois, elle a été prolongée de deux mois, jusqu’en avril 2018. Alors que nous n’avions, avec ma collègue Ruth Bush (de l’Université de Bristol), pas d’expérience particulière dans la réalisation d’expositions, nous avons eu la chance de travailler avec une équipe féminine qui s’est profondément engagée à nos côtés : Delphine Calmettes, commissaire de l’exposition, Hélène Degout, graphiste, et un comité scientifique comprenant Fatou Sow, Codou Bop, Sarah Frioux-Salgas, Wilma Jean Randle, Pascale Barthélémy, Annette Mbaye d’Erneville elle-même et sa fille Marie-Pierre Myrick, aujourd’hui à la tête du Musée de la femme Henriette-Bathily. Le public a été présent lors du vernissage, et s’est manifesté par des réactions écrites plutôt enthousiastes – nous avions prévu un “mur de commentaires” à cette fin. Nous avons été particulièrement heureuses de retrouver la trace de contributeurs et de contributrices à la revue et de pouvoir ainsi mieux éclairer son histoire – nous en avons rencontré certain·e·s lors d’un séjour ultérieur à Dakar, comme Anta Diop et sa fille Hélène Awa, ou Younousse Seye, une artiste qui figure en couverture du numéro 2 de la seconde série d’Awa.

[1] Voir Manfred Prinz, « Quarante ans d’imprimerie Diop (1948-1988) », dans Ethiopiques, n° 48-49, « Hommage à Léopold Sédar Senghor, Spécial les métiers du livres », 1er et 2e trimestre, volume 5, n° 1-2, 1988, en ligne : http://ethiopiques.refer.sn/spip.php?article1118.

[2] Entretien avec Anta et Hélène Awa Diop réalisé à Dakar le 27 avril 2019.

[3] Ibid.

[4] Lors d’un entretien réalisé à Dakar le 29 avril 2019, Younousse Seye a souligné son talent.

[5] Voir sa biographie sur le site Xaritufoto.org : « L’Afrique photographiée par ses Enfants », consulté le 28 juillet 2019, http://xaritufoto.org/index.php?p=1_5_Ba-dy-Sow.

[6] Entretien Anta et Hélène Awa Diop réalisé à Dakar le 27 avril 2019.

[7] Jennifer Bajorek, « Decolonizing the Archive. The View from West Africa », Aperture, 2013, pp. 66-69 ; Érika Nimis, « Le patrimoine photographique malien et ses enjeux », Continents manuscrits [En ligne], 3, 2014, mis en ligne le 8 novembre 2014, consulté le 1er octobre 2016. URL : https://journals.openedition.org/coma/429 ; Marian Nur Goni, « Préserver les archives photographiques africaines : pour une cartographie des acteurs et des initiatives », Continents manuscrits [En ligne], 3, 2014, mis en ligne le 8 novembre 2014, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/coma/437.

[8] « Awa : la revue de la femme noire, entre presse et littérature », dossier d’Études littéraires africaines sous la direction de Claire Ducournau, n° 47, juin 2019, pp. 7-60.

[9] Voir par exemple Louise Sineux, Coiffures féminines et images de la modernité : étude de trois magazines sénégalais entre les années 1950 et 1970 (Bingo, Awa, Amina), mémoire de master 1 sous la direction de Dominique Malaquais, Université Paris 1, juin 2019.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.