Archives des luttes des femmes en Algérie – Entretien avec Awel Haouati et Saadia Gacem

Le projet Archives des luttes de femmes en Algérieأرشيف نضالات النساء في الجزائر est “un projet de numérisation de documents relatifs aux mouvements de femmes et mouvements féministes de l’Algérie indépendante”. D’après l’introduction sur la page Facebook du projet, “l’objectif est d’établir, dans un premier temps, un inventaire des archives, des traces de la mobilisation des femmes dans leur aspiration à une égalité des droits dans la société algérienne, et ce à différentes périodes depuis 1962. Puis de mettre à disposition ces archives sous une forme digitalisée, afin de les rendre visibles et accessibles à toutes et à tous.” Ce projet citoyen et participatif a une vocation à la fois historiographique et documentaire, mais aussi critique et pédagogique, qui “entend participer à la reconstruction d’un lien entre les luttes du passé et celles du présent.”

Les chercheuses Awel Haouati et Saadia Gacem qui développent ensemble ce projet de manière entièrement bénévole et indépendante, en parallèle de leurs activités, ont accepté de répondre aux questions de Fotota. Awel Haouati est doctorante en anthropologie et Saadia Gacem, chercheuse indépendante, militante féministe. Elles collaborent avec Rahil Bali, traductrice, et Insaf Bouhafs, juriste, pour les traductions.

  1. Quel a été le point de départ de votre projet ?

Le constat qu’il n’existe que très peu de sources et de documents visibles et accessibles, issus des luttes passées des femmes en Algérie, a été à l’origine d’un désir partagé d’aller à la recherche de ces traces. De façon générale, il n’y a pas vraiment eu de transmission – de récits, d’expérience et de mémoire – entre les anciennes et les nouvelles générations, entre les luttes des unes et celles des autres. L’Algérie a pourtant connu un ensemble de grands moments de mobilisation, de contestation et d’organisation politique, depuis l’indépendance et davantage tout au long des années 1980, notamment pendant la brève ouverture démocratique de 1989 à 1991. Mais l’entrée dans la violence, la guerre tout au long des années 1990 ont cassé cet élan. La jonction entre cette période et celle que nous traversons actuellement ne s’est pas faite, sinon de façon marginale. Si des bribes de récits nous sont parvenues à travers quelques rares publications [1] ou de façon orale, nous n’avions pratiquement jamais eu accès à des traces, matérielles, écrites ou audiovisuelles, de ces luttes. Nous avions quelques repères quant à l’histoire des luttes des femmes en Tunisie, au Maroc, aux États-Unis, en France, mais l’expérience des Algériennes, celle de nos aînées, nous manquait.

Abécédaire des luttes des femmes, association Tighri n’Tmettut (Tizi-Ouzou), fondation Fatima Benosmane, Algérie, janv. 1989-janv. 1992. [Archives L. C.]

Le projet de départ était de faire une collecte des archives d’un large éventail de mouvements, d’associations et de partis algériens, notamment depuis la fin des années 1980, pour finalement se recentrer sur les associations et les collectifs de femmes et féministes, encore méconnues aujourd’hui. Ce choix s’est fait de par notre proximité avec les mouvements féministes en Algérie et par la conviction qu’il fallait reconstruire un lien entre les luttes passées et celles du présent, celles à venir. Plus ciblé et donc plus réalisable, ce choix nous permet de prendre le temps d’approfondir notre démarche et notre approche des archives. Notre objectif n’est pas uniquement de numériser ces dernières et de les rendre accessibles, mais également d’aller à la recherche des récits de celles et ceux qui les ont fabriquées, diffusées et conservées au fil du temps.

  1. Comment résonne-t-il avec l’actualité politique algérienne ?

Le soulèvement que connaît l’Algérie depuis février 2019 a été l’occasion de revenir sur le passé, aussi bien collectivement qu’à une échelle individuelle. Beaucoup d’éléments historiques ont ressurgi dans ce mouvement, autrefois souterrains, invisibles. Ainsi, dans les marches, chaque vendredi, on croise des banderoles et des pancartes avec les portraits de révolutionnaires comme Larbi Ben M’hidi, Ali « La Pointe », Hassiba Ben Bouali. On a aussi vu des photographies de personnages historiques complètement écartés du récit officiel, à l’exemple de Messali Hadj. Des aspects jusque-là marginalisés du conflit des années 1990 ont également acquis plus de visibilité, comme la lutte des familles de disparus, présentes chaque vendredi. Les portraits des martyrs du printemps de 2001 côtoient ceux des détenus actuels. Il semble que le passé n’a jamais été aussi présent que depuis ces huit derniers mois. Il fait l’objet de réappropriations, de débats, de questionnements.

Première page de la plateforme de la rencontre nationale des femmes, Alger, 30 novembre, 1er décembre 1989 [Archives L. Djouaher]

Dans les milieux féministes aussi, le besoin de revenir sur l’expérience des associations et des collectifs de femmes s’est fait ressentir. Sur leurs moyens de lutte, leurs discours, leurs revendications, mais aussi sur les difficultés rencontrées en cours de route. Ainsi, la rencontre féministe organisée en juin à Tighremt (près de la ville de Béjaïa) s’est inspirée de la plateforme d’actions élaborée lors de de la rencontre des femmes de 1989 à Alger, trente ans plus tôt. Dans le contexte actuel, ramener au présent, et « à la vie », une archive, une trace matérielle, est un acte politique. Un tel geste participe à notre sens de la réappropriation en cours d’un passé falsifié, confisqué. Il s’agit de dire : « Nous connaissons notre histoire, ses acteurs et ses actrices ». Pour les femmes, il s’agit aussi de rétablir une réalité et une justice historique, préalable à toute lutte pour établir un État de droit et une justice sociale. L’histoire de l’indépendance algérienne, pour laquelle des femmes ont combattu et se sont sacrifiées au même titre côté que les hommes, et la construction de l’État n’ont pas rendu justice aux femmes. Celles-ci ont été trahies, notamment par l’instauration du code de la famille. Revenir sur cette histoire aujourd’hui est important.

  1. Quelle est votre démarche et comment procédez-vous pour réunir ces archives ? Où en êtes-vous aujourd’hui et vers quoi voudriez-vous tendre idéalement ?

Notre projet est de faire une collecte numérique des archives des associations, mouvements, collectifs de femmes et/ou se définissant comme féministes. Nous essayons de collecter des documents, des tracts, des revues, des affiches, des agendas, des photographies… Nos recherches portent sur une période assez longue allant de l’indépendance de l’Algérie, en 1962, à aujourd’hui, même si la majeure partie de ce que nous avons vu à ce jour a été produit dans les années 1980 et au début des années 1990.

Le travail que nous menons actuellement consiste à établir une cartographie des archives existantes, en prenant contact avec des personnes qui auraient conservé des documents, souvent chez des militantes. Un contact en amenant un autre. Ainsi nous construisons progressivement un inventaire de ce qui existe, de ce qui subsiste chez ces personnes. La plupart des archives auxquelles nous avons eu accès, ou dont nous avons entendu parler, sont des fonds, ou des fragments d’archives, conservés par des particuliers, dans la sphère privée.

Revue réalisée par l’association Yighri n’Temttut (Tizi-Ouzou), 8 mars 1990 [Archives L. Djouaher]

Un point important est que nous tenons à laisser l’archive dans son contexte de conservation et demandons uniquement à scanner les documents, afin de les rendre accessibles sur internet. Nous aimerions, parallèlement à la collecte, recueillir les récits des personnes qui ont été à l’origine de ces documents et qui les ont conservés. L’idée est celle de ne pas donner accès à une archive orpheline, mais de replacer celle-ci aussi bien dans son contexte de production de l’époque que celui dans lequel elle existe aujourd’hui. Nous souhaiterions mettre en place une interface interactive qui regrouperait ces archives numérisées ainsi que des documents visuels, sonores, des entretiens enregistrés ou filmés. Nous assumons également l’aspect lacunaire, incomplet, de ces archives, en ce qu’il raconte ce par quoi sont passés celles et ceux qui les ont produites. L’archive a eu une vie, au même titre que les acteurs et les actrices qui les ont fabriquées et conservées, et c’est aussi cette vie que nous voulons restituer.

Revue réalisée par l’association Yighri n’Temttut (Tizi-Ouzou), n° 3, 8 mars 1990 [Archives L. Djouaher]

  1. Qu’avez-vous appris, chemin faisant ?

Le projet en est encore à ses premiers tâtonnements. Nous apprenons beaucoup à mesure que l’on avance et l’interface que représente la page Facebook « Archives des luttes des femmes en Algérie » nous permet d’avoir des échanges avec un public qui s’intéresse à ces archives et à cette histoire. En commençant notre quête, nous avons découvert que de nombreux écrits ont été produits par des collectifs, aussi bien dans les grandes villes algériennes que dans de plus petites villes. Des revues dont nous n’avions jamais entendu parler, ont été produites par des petits collectifs de femmes aujourd’hui disparus, aussi riches et surprenantes dans leur contenu que dans leur forme, leur graphisme. Beaucoup parmi les archives qui nous ont été données à voir ont été fabriquées collectivement et de manière quasi artisanale par ces femmes, avec les moyens du bord. Le fait de redécouvrir ce travail, d’écriture, de mise en page, de dessin et de photographie, nous a beaucoup touchées. Notre projet entend contribuer à visibiliser ces efforts, ce travail.

Manifestation du 8 mars 1990, Alger [Photographie : R. Zaïdi]

[1] Par exemple, l’ouvrage de Feriel Lalami, Les Algériennes contre le code de la famille. La lutte pour l’égalité, Paris, Presses de Sciences Po, 2012.

 


2 réponses

  1. danielle carasco dit :

    formidable je suis à mon tour très touchée en lisant cette presentation

    depuis la France je m’intéresse à l histoire du mouvement de femmes algérien et sa vie actuelle etc
    je vais vous suivre de l’autre côté de la méditerranée et je partage avec mes copines
    merci beaucoup vous êtes géniales salut amical et fraternel (au féminin ) danielle carasco lyon

  1. 06/11/2019

    […] souhaitez en savoir plus sur ce projet, je vous invite à consulter la page Facebook et à lire l’entretien que nous avons eu le plaisir d’accorder aux chercheuses Erika Nimis et Maria…. Merci à elles pour cette […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.