Parution – Embodying Relation. Art Photography in Mali

FOTOTA signale la parution du livre d’Allison Moore, Embodying Relation. Art Photography in Mali chez Duke Press University (disponible à partir de juillet 2020). Plus d’informations ici.

(Version française ci-dessous)

« In Embodying Relation Allison Moore examines the tensions between the local and the global in the art photography movement in Bamako, Mali, which blossomed in the 1990s after Malian photographers Seydou Keïta and Malick Sidibé became internationally famous and the Bamako Photography Biennale was founded. Moore traces the trajectory of Malian photography from the 1880s—when photography first arrived as an apparatus of French colonialism—to the first African studio practitioners of the 1930s and the establishment in 1994 of the Bamako Biennale, Africa’s most important continent-wide photographic exhibition. In her detailed discussion of Bamakois artistic aesthetics and institutions, Moore examines the post-fame careers of Keïta and Sidibé, the biennale’s structure, the rise of women photographers, cultural preservation through photography, and how Mali’s shift to democracy in the early 1990s enabled Bamako’s art scene to flourish. Moore shows how Malian photographers’ focus on cultural exchange, affective connections with different publics, and merging of traditional cultural precepts with modern notions of art embody Caribbean philosopher and poet Édouard Glissant’s notion of “relation” in ways that spark new artistic forms, practices, and communities. »

« Dans Embodying Relation, Allison Moore examine les tensions entre le local et le global dans le mouvement de la photographie artistique à Bamako, au Mali, qui s’est épanoui dans les années 1990 suite à la reconnaissance internationale des photographes maliens Seydou Keïta et Malick Sidibé et la création de la Biennale de la photographie de Bamako. Moore retrace la trajectoire de la photographie malienne depuis les années 1880 – lorsque la photographie est introduite en tant qu’appareil du colonialisme français – jusqu’aux premiers praticiens africains des années 1930 officiant dans des studios et à la création en 1994 de la Biennale de Bamako, la plus importante manifestation photographique du continent africain. Dans son essai détaillé sur l’esthétique et les institutions artistiques de Bamako, Moore examine les carrières de Keïta et Sidibé qui ont évolué après la seconde guerre mondiale, la structure de la biennale, l’ascension des femmes photographes, la préservation de la culture par la photographie et la façon dont le passage du Mali à la démocratie au début des années 1990 a permis à la scène artistique bamakoise de s’épanouir. Moore montre comment l’accent mis par les photographes maliens sur les échanges culturels, les liens affectifs avec différents publics et la fusion des préceptes culturels traditionnels avec les notions modernes de l’art incarnent la notion de « relation » du philosophe et poète caribéen Édouard Glissant, de manière à susciter de nouvelles formes, pratiques et communautés artistiques. »

Fatoumata Diabaté, Sutigi—à nous la nuit, 2012. Courtesy of the artist and Patrice Loubon Gallery


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search