La photothèque de l’IFAN dans la revue Photographica

Photographica est la nouvelle revue en accès libre de la Société française de photographie, dont Fotota a récemment publié l’appel à contributions pour le troisième dossier (à paraître fin 2021).

Sorti fin 2020, le premier dossier de Photographica est issu en grande partie d’un colloque organisé par la Sfp à Paris les 7 et 8 novembre 2019 : Patrimoines photographiques : histoires, ethnologies, émotions.

Georges Labitte, Marchande de cure-dents, Abidjan (Côte d’Ivoire), avant 1947. Tirage sur papier baryté (8,5 × 11,5 cm) monté sur fiche cartonnée verte (12,5 × 20 cm), Paris, Musée du quai Branly – Jacques-Chirac, PP0178637.

Dans ce dossier intitulé « Patrimoines photographiques, matière de l’histoire », Fotota veut souligner la contribution d’ Anaïs Mauuarin, dont le sujet de thèse portait sur « L’Ethnologie à l’épreuve des images. Photographie et ethnologie en France, 1930-1960 ».

Ayant pour titre « L’Afrique de l’Ouest dans les tiroirs. Documentation scientifique et photographie coloniale à la photothèque de l’IFAN (Dakar) », son article présente la photothèque de l’Institut fondamental d’Afrique noire (IFAN) à l’université Cheikh-Anta-Diop de Dakar, où est conservé un fonds de quelque 100 000 photographies datant de la période coloniale, tous supports confondus (négatifs, diapositives, cartes postales, albums). Selon l’autrice, ce fonds constitue un pan précieux du patrimoine visuel ouest-africain qui mérite d’être valorisé.

Pierre Potentier, Section photo : la clichothèque, Dakar, 1949. Tirage argentique, 12 × 9 cm, Dakar, photothèque de l’IFAN, casier « Recherche scientifique », B.49.2330 © Université de Dakar.

Cet article vise aussi à « éclairer l’histoire et les enjeux [de la photothèque de l’IFAN, constitué d’un réseau de « centrifans » dans toute l’AOF, fédéré depuis Dakar] en élucidant les logiques qui ont présidé à sa constitution. Après être revenu sur la naissance de cette photothèque à la fin des années 1940, dans un contexte de multiplication des institutions scientifiques coloniales, [l’article] ausculte le fonctionnement interne de cette structure ainsi que son rayonnement à l’échelle de l’Afrique-occidentale française (AOF). Ce faisant, il laisse apparaître la façon dont la constitution assidue d’une documentation scientifique visuelle était alors imbriquée dans l’élaboration d’une iconographie coloniale. »

Richement documenté, l’article d’Anaïs Mauuarin est accessible ici.

Pierre Potentier, Section Photo : la retouche et le repiquage, Dakar, 1949. Tirage argentique, 12 × 9 cm, Dakar, photothèque de l’IFAN, casier « Recherche Scientifique », B.49.2326 © Université de Dakar.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search