Visa pour l’image 2013 dans les médias

logo de Visa pour limage

A l’heure où le festival international de photojournalisme Visa pour l’image de Perpignan bat son plein (du 31 août au 15 septembre 2013) avec sa 25ème édition, nous avons jugé utile de compiler ici des articles paraissant dans la presse internationale, qui rendent compte de ce rendez-vous et des oeuvres qui y sont exposées. Manière de regarder de près ce qui est sélectionné, mis en valeur et en circulation, les récits qui les décrivent, les noeuds thématiques sous-jacents, les problématiques qui sont soulevées (ou pas). Nous nous concentrons comme à notre habitude sur le couple “photographie / Afrique”, objet de notre blog. A la manière d’un carnet de notes où l’on surligne, prélève, annote etc., chaque article recueilli est accompagné de quelques courtes réflexions, interrogations ou de quelques extraits issus de ces mêmes textes qui nous interpellent à divers titres et qui pourront servir plus tard pour un sujet plus développé. Cette revue de presse s’intègre également dans un discours commencé il y a quelques mois ici et et qui sera prochainement prolongé par un billet portant sur le travail d’Alfredo Jaar (dont une bonne partie de l’oeuvre s’attache à fabriquer des dispositifs interrogeant les régimes de visibilité/invisibilité d’événements majeurs de l’histoire dans le cadre des rapports Nord/Sud notamment à travers la presse occidentale).

Commençons par signaler l’excellent texte de Garance Chabert, « Le festival Visa pour l’image », paru dans Études photographiques, le 15 novembre 2004, qui retrace l’histoire du festival et de ses choix, glissements et contradictions.

25 Years of Visa Pour l’Image: A Tribute to Jean-François Leroy (Time LightBox, le 27/08/13, par Anne-Celine Jaeger) http://lightbox.time.com/2013/08/27/25-years-of-visa-pour-limage-a-tribute-to-jean-francois-leroy/#1 Jean-Francois Leroy : “How can I describe what is a good story or not? There needs to be a good distance between you and the people you are photographing. You have to be close, but not too close. I want to feel the empathy between the photographer and his subjects. When I see the story, I can either understand it or not. But there is not an academic rule.”

– “João Silva. La passion intacte” (Paris Match, le 31/08/13, par Michel Peyrard http://www.parismatch.com/Culture/Art/Joao-Silva-La-passion-intacte-526071 Paris Match semble confirmer dans cet article son vieil adage : “Le poids des mots, le choc des photos”…

Dans cette phrase – “Il (NDR: Kevin Carter) venait d’obtenir le très convoité prix Pulitzer pour une photo demeurée célèbre : celle de la « Fillette au vautour », un enfant décharné que semble guetter un rapace, au Soudan. Les lecteurs en firent une lecture erronée, s’indignant de ce photographe charognard qui n’avait pas secouru la fillette. En vérité, la fillette était un petit garçon attendant une distribution d’aide alimentaire assurée par une ONG, à quelques mètres de là. L’enfant survécut au cliché. Pas Kevin. (…).” – la problématique du spectaculaire, de la place du photographe (et du spectateur) vis-à-vis de son sujet semble ici être balayée d’un revers de la main…

– “Joao Silva: Looking Back, Moving Forward” (Lens / New York Times, le 02/09/13, par James Estrin) http://lens.blogs.nytimes.com/2013/09/02/joao-silva-looking-back-moving-forward/
J. Silva: “I discovered that I photographed more dead than the average person. I came across reams and reams of endless corpses — faces, people who I have no idea who they are, what their names were — I have no clue. In many cases memories are linked to those images; in some cases not.”

Plus loin, il dit encore : “I think you just find yourself thinking more about what is you’re trying to do in any given moment. There’s always alternate images to the obvious. The obvious image is always there, but not the alternate images. At times, the alternate image is the better image; at times not, of course. It depends on what it is that’s being photographed.”

– “The Lens Is Standard, the Photos Anything But” (Lens / New York Times, le 04/09/13, par James Estrin) http://lens.blogs.nytimes.com/2013/09/04/the-lens-is-standard-the-photos-anything-but/?_r=1& – sur le travail de Jérôme Delay au Mali et en RDC –
“We have to talk about the exploitation of the land and the people,” he said. “But there are few happy stories in Africa. People are sick and tired of the cliché of people starving to death in Africa and people chopping heads off. I’m not sure that my job is to make you laugh. Really, my job is to tell you what is going on.” (Jérôme Delay)

(…) I try to apply the rules of contemporary art to news photography in order to make pictures that will be more likely to be looked at,” he said. (Jérôme Delay)

– “Festival Visa pour l’image 2013 : les expos photos sur l’Afrique” (Africavivre.com, non daté)
http://www.africavivre.com/agenda/festivals/festival-visa-pour-l-image-2013-les-expos-photos-sur-l-afrique.html Entre Pascal Maitre qui, comme le relate l’article, photographie la “ville-chaos qu’est Kinshasa et des traditions ancestrales de ses habitants, les Kinois” et le reportage sur les lions dans le parc Serengeti du National Geographic, nous tombons ici de plein pied dans ce qui fait le coeur du projet d’A. Jaar, Searching for Africa in LIFE.

“Vive la 25ème édition de Visa pour l’image !” (A l’oeil. Journalisme et photographie, le 02/09/13, par Michel Puech)  http://www.a-l-oeil.info/blog/2013/09/02/vive-la-25eme-edition-de-visa-pour-lima La photographie de Don Mc Cullin représentée dans la troisième image de cet article est parlante… Agrandie, sous les feux des projecteurs. On se demande toutefois si, ce photographe mis à part (et quelques-uns de sa génération), qui semble bénéficier d’un statut historique particulier (voir ce qu’en dit l’article au début), on pourrait publier encore des images comme celle-ci en une…

– “Visa pour l’Image 2013. Phil Moore photographie les rebelles du M23 en RDC” (Photographie.com, le 03/09/13, par Didier de Faÿs, Amina Daoud et Roxana Traista) http://www.photographie.com/news/visa-pour-limage-2013-phil-moore-photographie-les-rebelles-du-m23-en-rdc
Vers la fin de l’article, le photographe évoque les raisons économiques derrières le conflit et la volonté de travailler au-delà du factuel de la guerre, pour comprendre les conséquences du conflit dans la société sur le long terme.

– “Vingt-cinq ans de Visa pour l’Image, ça se fête !” (Photographie. com, le 03/09/13, par Didier de Faÿs et la rédaction) http://www.photographie.com/news/vingt-cinq-ans-de-visa-pour-limage-ca-se-fete
“João Silva, une autre star de cette édition, s’est plongé dans ses archives à la recherche de la vérité. Ses images témoignent d’une carrière extraordinaire et d’une personnalité hors-norme. À leurs côtés, d’autres photographes tout aussi talentueux scrutent la vie avec un entêtement quasi-obsessionnel. On dit que la photo people est en train d’étouffer le photojournalisme. Cette édition de Visa pour l’Image, que nous allons décrypter pour vous, montre que la vraie image est immortelle.”…

Un édito écrit un peu à la va-vite… On se demande de quelle vérité il est question ici, tout comme quelle est la vraie image…

Enfin, sans rien enlever à la force dont fait preuve le photographe João Silva et à la tragédie qui a marqué sa vie, il est intéressant de noter, dans un tout autre registre, que la starification du photographe semble résister, contre vents et marées, à la crise qui secoue actuellement le photojournalisme et le documentaire contemporain (qui n’est pas seulement celle de son économie comme certains articles semblent le souligner ici, mais est aussi celle de ses enjeux esthétiques dans un contexte où le régime de vérité qui était traditionnellement associé au statut de l’image photographique ne va plus de soi).

– “Quel avenir pour le photojournalisme ? Du côté des photographes…” (Our Age is Thirteen, le 05/09/13, par Carole Coen) http://www.ourageis13.com/feature/quel-avenir-avenir-pour-le-photojournalisme-du-cote-des-photographes/ Andrew Esiebo (interrogé avec Robin Hammond, William Daniels, Pierre Morel, Brenda Ann Kenneally) : “Ici au Nigeria, il n’y a aucune demande pour du photojournalisme. En actu dans un titre de presse, les photographes ne sont pas bien payés, les images sont mal utilisées… Mais ces jeunes photographes existent parce qu’ils ressentent le besoin de raconter et que l’accès à l’équipement est beaucoup plus facile. Il suffit d’avoir un iPhone, de le partager sur Facebook, à travers un blog… Ce sont de nouvelles façons de raconter des histoires, voire d’arriver à les vendre.”

«Mon envie de témoigner est intacte» (Libération, le 05/09/13, par Gilles Renault) http://next.liberation.fr/arts/2013/09/05/mon-envie-de-temoigner-est-intacte_929733 Don McCullin : “Mais croyez-moi, j’ai payé un prix terrible pour ça et vous ne pourrez jamais imaginer à quel point toute ma vie j’ai dû lutter avec ma conscience : on ne se fait pas un nom, non plus qu’on n’obtient des récompenses, impunément, quand c’est en montrant la souffrance des autres. Mais il me fallait porter ces images à la connaissance des gens, dont le respect et l’attention me touchent lorsqu’ils les regardent dans un endroit comme celui-ci, majestueux et solennel…”

– Don McCullin, Visa d’or d’honneur (A l’oeil. Journalisme et photographie, le 06/09/13, par Michel Puech) http://blogs.mediapart.fr/blog/michel-puech/060913/don-mccullin-visa-d-or-d-honneur « Chypre divisée, le Congo meurtri, le Vietnam bombardé, le Moyen-Orient déchiré, le Biafra affamé, le Bangladesh ravagé, le Cambodge assassiné, le Salvador révolté, l’Irlande Insurgée, l’Irak torturé, le Darfour razzié… ».

– Les papis de la photo de guerre font de la résistance à Visa pour l’image (Le Monde, le 06/09/13, par Claire Guillot) http://www.lemonde.fr/culture/article/2013/09/06/visa-pour-l-image-les-papis-de-la-photo-de-guerre-font-de-la-resistance_3472201_3246.html “Don McCullin, qui a signé les photos les plus glaçantes qui soient, présentées dans une grande rétrospective à Perpignan, se fait encore plus sombre : “J’ai vu des hommes attendant d’être exécutés me fixer, j’ai vu des Africains en train mourir de faim, avec des yeux pleins d’espoir devant ce Blanc qui allait les sauver. Tout ce que j’ai pu leur apporter, c’est mon appareil photo. Quand je regarde mes photos, je me sens coupable car je n’ai contribué à aucune solution.”

“Mais avec les années, c’est surtout la place et l’importance des images qui ont changé : les combattants sont conscients de leur image et de l’effet qu’elle peut avoir. “Quand il s’agit de combat, les gens restent naturels, explique Patrick Chauvel, car ils n’ont pas l’espace pour jouer la comédie, mais le problème c’est avant : les gens peuvent fausser l’image.” Il prend l’exemple de la Libye : “Le problème, c’était d’avoir des types qui ne faisaient pas le V de la victoire sur la photo ! Il faut être plus rapide qu’eux.”

– “La guerre, la souffrance, l’horreur et le témoignage à Visa pour l’image” (France3 Languedoc-Roussillon, le 06/09/2013, par Fabrice Dubault) http://languedoc-roussillon.france3.fr/2013/09/06/la-guerre-la-souffrance-l-horreur-et-le-temoignage-visa-pour-l-image-313395.html “On ne peut pas rendre la guerre romantique”, explique-t-il (NDR : Don McCullin), tout en estimant qu’il faut “savoir partager avec compassion la dignité des victimes”.

– The “Shame of Memory” Haunts a War Photographer (Lens, New York Times, le 09/09/13, par James Estrin http://lens.blogs.nytimes.com/2013/09/09/the-shame-of-memory-haunting-war-photographers/?hp&_r=1
“Because there were photographs, you can’t pretend that we didn’t know that these things happened,” he (NDR: Santiago Lyon, director of photography for The Associated Press) said. “Now what we do about them is different, but while I think it’s naïve to think one particular picture is going to change the course of events, I think it’s true that a body of work can influence the course of events. When you look at, for example, the effects of A.P.’s coverage in Vietnam, which was instrumental for some people in shaping their perception of the war and I would say probably played some role in the way policies were finally carried out.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.