Disparition de Felicia Ansah Abban, première photographe professionnelle du Ghana

Anonyme, Portrait de Felicia Abban, décembre 1966 © akg-images / Africa Media Online / Baileys African History Archive

Felicia Abban s’en est allée le 4 janvier 2024.
Felicia Ansah Abban (1935-2024) était considérée comme la première femme photographe professionnelle du Ghana, voire de toute l’Afrique de l’Ouest.
Elle avait débuté sa carrière au début des années 1950.
En guise d’hommage, nous reproduisons sa notice biographique parue dans Une histoire mondiale des femmes photographes (sous la direction de Luce Lebart & Marie Robert, Paris : Textuel, 2020)

[In English below]

Lorsque quelqu’un regarde ces photos, il sait qui je suis et il sait que je suis une bonne photographe. Et que je prends mon temps pour les rendre beaux. Je m’assure d’être au top pour que les clients sachent qu’ils le seront aussi.

[Felicia Ansah Abban, dans Laurian R. Bowles, « Dress Politics and Framing Self in Ghana: The Studio Photographs of Felicia Abban », African Arts, Hiver 2016, vol. 49, no. 4, p. 55]

Felicia Ansah Abban est considérée à ce jour comme la première femme photographe professionnelle du Ghana, voire de toute l’Afrique de l’Ouest. L’aînée d’une famille de six enfants, elle est la grande sœur du cinéaste Kwaw Ansah. Elle a commencé son apprentissage en 1950 dans l’atelier de son père, Joseph Emmanuel Ansah, pianiste et dramaturge qui, dans les années 1940, avait ouvert un studio de photographies destiné à la clientèle aisée de Sekondi, ville portuaire du sud-ouest du pays. En 1953, elle épouse l’homme d’affaires, acheteur de textile, Robert Abban, figure montante du Convention People’s Party (CPP), le parti de Kwame Nkrumah, premier président de la République du Ghana. La même année, elle ouvre son propre studio à Accra : le Mrs. Felicia Abban’s Day and Night Quality Art Studio. Situé dans le quartier historique de Jamestown, il est proche de celui, renommé, de Deo Gratias. Encouragée par Kwame Nkrumah en personne, elle est recrutée comme photographe privée du président et travaille un temps comme pigiste pour le quotidien, fondé à l’indépendance du pays en 1957 par Nkrumah, Guinea Press Limited (aujourd’hui The Ghanaian Times). Sa carrière de photographe l’amène à couvrir des événements tant publics que privés (mariages, anniversaires, baptêmes). Elle sera pendant un temps présidente de l’Association des photographes professionnels du Ghana.

Si Felicia Abban a pris sa retraite au début des années 2010, elle n’en est pas moins restée active, toujours prête à partager ses souvenirs et son expertise avec la jeune génération. Constituées principalement de portraits effectués entre les années 1950 et 1970, ses archives personnelles comprennent de nombreux autoportraits. Felicia Abban s’adonnait en effet à cette pratique, avant chacune de ses sorties dans des événements mondains importants. Dans un entretien mené par Laurian R. Bowles dans African Arts, à la question de savoir pourquoi elle les réalisait, Abban aurait tout simplement répondu : « Parce que j’étais belle et que c’était bon pour les affaires ! » Toujours très élégants et à la dernière mode, ils étaient systématiquement exposés dans la vitrine de sa boutique, pour faire son autopromotion. Aujourd’hui, ils donnent un aperçu de ce qu’était l’idéal féminin ghanéen à l’époque.

Son travail a été exposé pour la première fois en 2017 à la galerie ANO (Accra). Par la suite, ses autoportraits ont été présentés à l’exposition du tout premier pavillon du Ghana à la 58e Biennale de Venise en 2019, aux côtés des artistes de renom El Anatsui, Lynette Yiadom-Boakye, Ibrahim Mahama, Selasi Awusi Sosu et John Akomfrah. Depuis, ses images sont montrées à travers le monde, notamment aux Rencontres africaines de la photographie à Bamako en 2019.

À Accra, de jeunes artistes et commissaires d’exposition s’impliquent actuellement dans la valorisation de ses archives, en repensant son travail en fonction des enjeux actuels, et prévoient de transformer son studio en musée pour préserver son travail, ainsi qu’en espace pour soutenir les artistes de la relève.

É. Nimis

Felicia Abban passed away on 4 January 2024.
Felicia Ansah Abban (1935-2024) was considered to be the first female professional photographer in Ghana, and indeed in the whole of West Africa.
She began her career in the early 1950s.

By way of tribute, we are reproducing her biographical note, which was published in A World History of Women Photographers (ed. by Luce Lebart & Marie Robert, London: Thames & Hudson, 2022)

When someone looks at these pictures, they know who I am and they know that I am a good photographer. I take my time in dressing them. I make sure I look good so the customers know they will look good too. (Felicia Ansah Abban)

Nowadays, Felicia Ansah Abban is recognized as the first professional female photographer in Ghana – in fact, in all of West Africa. The eldest of six children, Abban is the sister of the film-maker Kwaw Ansah. In 1950, she began her apprenticeship at her father’s studio. Joseph Emmanuel Ansah, a pianist and playwright, had opened a photography studio in 1940 to take portraits of the well-off residents of Sekondi, a port city in the south-west of Ghana. In 1953, Felicia married businessman Robert Abban, an increasingly influential figure in the Convention People’s Party (CPP) led by Kwame Nkrumah, the first president of the Republic of Ghana. That same year, she opened her own studio, Mrs Felicia Abban’s Day and Night Quality Art Studio, in Jamestown, the historic quarter of Accra, not far from the renowned Deo Gratias studio. She was named President Nkrumah’s official photographer, and for some time she worked as a freelance journalist for the daily newspaper Guinea Press Limited (now the Ghanaian Times), founded when the country gained independence in 1957. Throughout her career as a photographer, she covered both public and private events, including weddings, anniversaries and baptisms. For a period, she was also president of Ghana’s Association of Professional Photographers.

Although Abban retired in the early 2010s, she is still active, always ready to share her memories and expertise with the next generation. Her personal archives consist mainly of portraits taken between the 1950s and 1970s, including many self-portraits. Abban made a habit of photographing herself before attending important society events. In an interview with Laurian R. Bowles for African Arts, when asked why she took these photographs, Abban replied simply, ‘Because I was beautiful and it was good for business!’ These self-portraits, showing the photographer dressed in fashionable, elegant clothes, were placed in the window of her studio. Today, they provide a picture of the feminine ideal in Ghana at the time.

Felicia Ansah Abban’s work was exhibited for the first time in 2017, at the ANO Gallery in Accra. Her self-portraits were shown in 2019 alongside the work of artists El Anatsui, Lynette Yiadom-Boakye, Ibrahim Mahama, Selasi Awusi Sosu and John Akomfrah at the 58th Venice Biennale, the first time that Ghana had a pavilion there, and also at the twelfth edition of the Bamako Encounters – African Biennale of Photography.

In Accra, young artists and curators are working to organize her archive and re-evaluate her work in the light of current trends and concerns. There are plans to turn her studio into a museum to exhibit her work, as well as a space to support the next generation of artists.

É. Nimis



Citer ce billet
fototaa (2024, 1 février). Disparition de Felicia Ansah Abban, première photographe professionnelle du Ghana. FOTOTA - Perspectives africaines en photographie. Consulté le 14 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vqjc

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search