Octobre : petit “tour” des festivals de photographie

edi-2013

Alors qu’en cette rentrée 2013 les expositions mettant en valeur les œuvres de photographes d’origine africaine se multiplient en France (1), si bien qu’on a du mal à en suivre le rythme et en rendre compte ici en temps réel, à quelques semaines à peine de distance, se tiennent sur le continent africain deux événements importants dédiés à l’image photographique sous toutes ses formes et dans ses multiples rapports à la société et à son histoire et qui mobilisent en outre nombre d’échanges inter et extra-continentaux : les Rencontres Picha à Lubumbashi, en RDC (dont la semaine professionnelle s’est déroulée du 2 au 6 octobre 2013) et qui en est à sa troisième édition (2) et le LagosPhoto – International art festival of photography in Nigeria (qui inaugure sa quatrième édition le 17 octobre 2013 avec une exposition issue du World Press Photo – 3).

Le premier festival, sous la direction artistique d’Elvira Dyangani Ose, commissaire internationale à la Tate Modern, avec Sammy Baloji et Patrick Mudekereza, respectivement président et secrétaire général fondateurs de Picha ASBL, ont mis sur pied une programmation passionnante qui, prenant appui sur le concept d’enthousiasme chez le philosophe Jean-François Lyotard, interroge l’histoire contemporaine congolaise et européenne récente à travers une série d’œuvres d’art qui inaugurent “de nouvelles relations sociales, échanges (…) et politique de représentation” (4). La figure clef de Patrice Lumumba est ainsi intelligemment travaillée, questionnée – nous sommes ici au Katanga – à travers le prisme de différentes œuvres qui l’évoquent (par exemple, Avenue Lumumba de Guy Tillim) ou qui la mettent carrément au centre de leur travail (comme Spectres de Sven Augustijnen, dont il s’agit de la première projection congolaise, ou encore le travail de George Senga, Une vie après la mort).

L’héritage colonial, dans sa dimension architecturale cette fois-ci, est encore re-visité dans l’installation d’Angela Ferreira, tandis que l’exploration de l’histoire minière de la ville, déjà amplement abordée dans les travaux de Sammy Baloji, est prolongée avec la projection du film Code Minier de Bodil Furu (2013).

A Lagos, la thématique centrale du festival tourne encore autour de la ville, à travers deux perspectives qui se recoupent : “The Megacity and the Non-City looks at both the development of urban centers in Africa and the influences of technology, the internet, and the digital revolution, and how they have transformed photography and our sense of place in a globally connected world. While these two domains of photography are at once complimentary, they also speak to very different readings and functions of photography. As The Megacity presents a photojournalistic perspective that documents that fast pace of change occurring in Africa today, The Non-City extends LagosPhoto’s focus to account for artistic practices that examine the mass circulation of images and the politics of representation.” (5)

L’ancrage local s’affirme ainsi à la fois par un travail effectué in situ, autour de la ville et de ses enjeux sociétaux et mémoriels et par son inscription dans différents espaces, intérieurs et extérieurs, la devise du festival de Lagos étant “Art Reclaiming Public Spaces”.

La création de ces festivals (souvent mis en place par des artistes relativement jeunes et plutôt engagés), encore impensable il y a une dizaine d’années, marque et met à jour l’émergence de nouveaux paradigmes et géographies des échanges (intellectuels, culturels, logistiques, etc.), si bien qu’une organisation pyramidale et centralisée (à Paris), comme celle engendrée par les célèbres Rencontres de Bamako, semble aujourd’hui plus que jamais obsolète.

Dans un article paru à la suite de sa neuvième édition (6), Dagara Dakin décrivait ainsi le contexte malien :
“La question de la pérennité de la biennale n’a pas fait l’objet de débat. Samuel Sidibé s’y attèle pourtant dans l’introduction – si justement titrée « Pour une biennale durable » – du catalogue. Il en appelle ainsi « à la mise en place d’une organisation pérenne, dédiée à l’événement et disposant de moyens, seule capable à (s)es yeux d’organiser efficacement la biennale et de lui définir sur le long terme des perspectives ». Mais force est de constater qu’à l’heure actuelle, les différentes institutions culturelles que sont le Musée national, la Maison africaine de la photographie (MAP) ou encore le Centre de formation en photographie (CFP) ne semblent plus du tout associées à l’organisation de la manifestation, ce qui est bien dommageable pour un éventuel ancrage de l’événement dans le paysage malien.”

Si les événements politiques dramatiques au Mali ont mis de fait entre parenthèses la Biennale de Bamako (dont la 10e édition aurait dû se tenir cette année), l’existence même de ces projets (que ce festival, reconnaissons-le, a en partie encouragés), menés de façon professionnelle par des équipes travaillant sur le terrain, tout en étant connectées au reste du monde (7), si bien qu’elles partagent des problématiques communes, remet en cause le modèle bamakois de la biennale, l’invitant par là même à se réinventer.

MNG

Notes :
(1) Signalons, par exemple, le projet de Françoise Huguier, déjà à l’origine du festival bamakois de photographie, Bamako Photo in Paris au Pavillon Carré de Baudoin ; Present Tense. Photographies du Sud de l’Afrique à la fondation Gulbenkian ; Photoquai au Musée du Quai Branly et le commissariat de John Fleetwood pour l’Afrique qui a choisi Thabiso Sekgala, Filipe Branquinho, Adolphus Opara et Nyaba Léon Ouedraogo ; la résidence de Mikhael Subotzky au MAC/VAL, ainsi que son exposition à la Villette ; Bridges à la Maison des Métallos, sans oublier les expositions déjà closes – Marc Shoul à l’Atelier de visu à Marseille ; Piga Picha! à Bordeaux ; My Joburg à la Maison rouge ou encore le projet Transition présenté cet été lors des Rencontres d’Arles et j’en oublie sans doute. A venir également : une exposition de Zanele Muholi à Bordeaux.

Si l’année de l’Afrique du Sud en France a sans doute donné un sérieux coup de pouce à cette riche programmation, il serait vain de ne pas voir dans cet intérêt foisonnant le signe d’un changement irréversible dans la manière dont les “artistes du Sud” se positionnent aujourd’hui sur la scène artistique “globale”. Ainsi, à l’heure où nous publions ce billet, la foire d’art contemporain africain 1:54 vient de se clore à Londres.

(2) Pour en savoir plus sur la première édition, voir par exemple : l’entretien avec Sammy Baloji “Images en puissance” (Africultures, 2008).

(3) Pour un aperçu de l’édition 2012, voir par exemple : “Q&A: What the LagosPhoto Festival is doing for photography in Nigeria”, paru le 8 février 2013 sur le site du British Journal of Photography.

(4) D’après le dossier de presse du festival.

(5) D’après le site du festival.

(6) Dagara Dakin, Des images bien trop sages “pour un monde durable”, Africultures #88, L’Harmattan, 2012, pp. 14-15.

(7) Grâce aux nouvelles technologies et à la multiplication des collaborations avec l’extérieur, sous forme notamment de résidences et d’expositions. Le programme, très stimulant, des ateliers et rencontres organisés par le festival de Lagos témoigne d’ailleurs des liens tissés avec le monde (et les enjeux) de la photographie au niveau global : http://lagosphotofestival.com/workshops.php

 


3 réponses

  1. fotota dit :

    Un article consacré à la dernière édition du LagosPhoto vient de paraître dans le blog d’Aperture (14/01/14) : “Cities, Real or Imagined: LagosPhoto 2013”, par Bronwyn Law-Viljoen : http://www.aperture.org/blog/lagosphoto-2013/

  2. fotota dit :

    Patrick Mudekereza, co-fondateur et co-directeur des Rencontres Picha avec Sammy Baloji, revient sur les enjeux de la dernière édition du festival dans un article pour “Contemporary And”, à lire ici : http://www.contemporaryand.com/blog/magazines/his-query-has-continued-to-go-around-in-my-own-head-3/

  3. Sarah Gilsoul dit :

    Merci beaucoup Marian pour cet article rafraîchissant, qui vise la critique exactement là où il faut!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.